Connexion
La date/heure actuelle est Sam 18 Aoû - 23:06 (2018)
Voir les messages sans réponses
A la recherche du portail

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Entrez dans la légende. Index du Forum -> Rakash -> Les contrées éloignées
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Cronose
Lycans

Hors ligne

Inscrit le: 17 Déc 2009
Messages: 68

MessagePosté le: Ven 25 Déc - 18:28 (2009)
Sujet du message: A la recherche du portail
Répondre en citant

Araze. Il y était enfin parvenu, les fameuses terres maudites. Il voyageait depuis déjà quatre mois sur la surface dense des eaux éternelles. Après un interminable voyage, il s'était perdu en mer et avait manqué de cesser d'être. Pourtant, il se tenait à présent devant la côte Est d'Araze et une nouvelle quête ne tarderait plus à se présenter à lui. Ses recherches menées lors de petites escales sur des îles, lui avait fournit la mention d'un lieu où les démons existeraient encore. Son but étant de découvrir leur zone d'apparition et de l'anéantir. Il ne pouvait se dérober à la tâche, il n'avait plus que ça pour idéal sinon de retrouver son enfant. Il soupira, vaincre des démons lui paraissait plus simple que de retrouver la trace de sa propre chair. La cicatrice de la perte de son foyer, malgré les années, était toujours douloureuse. Chaque nuit, son ancienne vie le hantait et chaque jours, les songes le torturaient. Mais découper quelques créatures abominables pour découvrir l'origine de leur venue au plan des mortels devrait lui occuper l'esprit pendant un moment. Il quitta ce qui lui servait de transport, un navire d'une voile dépenaillée. L'habitacle était rongé par les intempéries, ses dernières tempêtes et ravages du temps avait presque tôt fait de couler son vaisseau. Mais puisqu'en principe, ce n'était pas le sien, il n'en avait cure. N'étant même pas matérialiste à contradiction de certaines choses sentimentales, il quitta la plage sablée pour atteindre les prémices des plaines. Trouver un lieu civilisé était un premier objectif, qu'il se devait d'atteindre. Après quelques jours de repos, il aurait assez d'informations sur le lieu pour traquer les prédateurs de la nuit.


Alors que son voyage à pied se faisait long et las, il aperçut une ville à l'horizon. Se dessinant à peine à travers le panorama pauvre en verdure, il se doutait que deux jours supplémentaires de marche s'imposait pour atteindre le lieu. Fatigué, il ne tarda à lever le camp. Il dévora l'une de ses dernières rations quand son feu de camp sembla alerté un individu. Au loin, la silhouette d'un humanoïde s'approchait de lui. Kleyd porta la main au manche de son épée, il n'hésiterait pas à la dégainer si la créature réagirait d'un mouvement suspect.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 25 Déc - 18:28 (2009)
Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Aera Vali
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 17

MessagePosté le: Lun 28 Déc - 22:10 (2009)
Sujet du message: A la recherche du portail
Répondre en citant

Le soleil, offrant au ciel une dernière étreinte avant de disparaître à l’horizon, donnait à cette soirée une teinte orangée. Les animaux nocturnes remplaçaient les diurnes et enchantaient la nuit de leurs chants lugubres. Il avait déambulé dans cette forêt depuis plus d’une lune et ses réserves étaient presque épuisées. La vision trouble, le front en sueur et le cœur palpitant d’une manière irrégulière, il avait trouvé, au pied d’un arbre, un amas de champignons. Ils étaient colorés d’un blanc approchant l’ivoire. La pulsion du meurtre aillant atteint son paroxysme, il n’hésita pas à la remplacé par les effets de ces Doigts d’Anges, connu de tous à cause de ses effets néfaste sur les sens. Avalant les champignons aussi vite que sa bouche lui permettait, il ne regarda pas aux nombre et sentis rapidement la réaction lui engourdir les sens.
 
Le monde autour de lui commença à tourner, son corps semblait s’être enflammer tant il avait une impression de chaleur. Sa main, fermée sur la garde de son katana, ne semblait plus pouvoir s’ouvrir. Les échos des hululements et d’autres cris d’animaux venaient se changer en rire moqueur et effrayant à ses oreilles. Les effets s’accentuant au fur et à mesure, l’homme se mit alors à courir dans la nuit. A ses yeux, tout voulait sa mort et bientôt, il le savait, les effets lui feront perdre conscience. Croix fut attiré inconsciemment, comme un vulgaire insecte, vers un feu de bois et avant même d’avoir pu s’y brûler, il perdit conscience.


Revenir en haut
Cronose
Lycans

Hors ligne

Inscrit le: 17 Déc 2009
Messages: 68

MessagePosté le: Mar 29 Déc - 01:48 (2009)
Sujet du message: A la recherche du portail
Répondre en citant

Kleyd scrutait les crépitements des flammes, elles lui rappelaient les victimes de Gothos: mourantes dans une ultime étincelle. Mais ses préoccupations se rapportèrent sur un individu particulier foulant à sa rencontre. A porter de vue du cercle de lumière projeté par le feu, l'étranger d'apparence musculeuse s'écroula en heurtant brutalement le sol terreux. Kleyd vint à sa rencontre en dégainant son sabre de guerre. Portant la lame au niveau de sa nuque, dans le cas où il s'agirait d'une feinte, il tenta de discerner ses origines.

* Je ferai mieux de le retourner sur le dos, ainsi je pourrais voir son visage. *

Du bout de sa botte, Kleyd poussa le colosse par les côtes et le retourna. Il avait les critères typiques d'un homme, si ce n'est sa pilosité, son air de sauvage et sa carrure imposante. Le plus inquiétant étant son Katana complètement souillé par le sang.

-Eh bien, encore un qui ne sait pas prendre soin de son matériel !

Il préféra le laisser allonger près du feu. Sachant que ses rations ne suffiraient sûrement plus pour rassasier son estomac et celui-ci de l'inconnu, il se livra à une petite chasse nocturne.
Quand il revint au camp, son butin s'avérait-être qu'un piètre chevreuil maigre en chair ainsi que quelques lièvres piéger au sein même de leur terrier.
L'homme reprenait enfin connaissance au moment où Kleyd épiçait le repas de quelques condiments récupérés lors de ses derniers voyages.

-Enfin, il était temps ! j'ai bien cru que t'étais venu jusqu'à moi, uniquement pour que je t'enterre. A voir ton état, tu ne devais pas être très lucide, je me trompe ?

Après avoir terminé sa préparation, Kleyd fit le tour du feu pour rejoindre le nouvel arrivant.
Il lui proposa le ragout de viande épicé, servit dans un bol creux en bois.

-Allez prend-le, ça va pas te bouffer vu qu'il est déjà cuit.

Quand il observa ses yeux, Kleyd reconnut les critères d'un vieil ami et comprit de quelle créature il signifiait. Une fois que l'inconnu s'empara du plat, Kleyd retourna s'asseoir sur son paquetage.

-Je vois, un lycanthrope. Décidément, on en trouve partout.

Il entama sa bouillie en s'enfermant dans ses pensées. Peut-être qu'à l'aide de ce personnage, il pourrait s'informer sur Araze, ces terres qui dépassaient ses connaissances. Le plus important étant qu'il se rapprocherait toujours un peu plus de son objectif en essayant de percer les secrets de ce continent.


Revenir en haut
Aera Vali
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 17

MessagePosté le: Mer 30 Déc - 15:05 (2009)
Sujet du message: A la recherche du portail
Répondre en citant

Le paysage était recouvert d’une multitude d’arbres étendant l’ombre infinie de leurs cimes sur le sol couvert de mousse et de bois pourri. Devant lui se trouvait une femme. Elle était affublée d’une simple robe bleutée qui paraissait terne lorsque l’on contemplait ses yeux bleus. Son regard avait un effet hypnotique sur Croix.
 
-  Crois moi, tu peux vivre sans te mettre dans cet état ! C’est juste une pulsion que tu dois apprendre à gérer par toi-même.
 
Il l’observa, plongeant son regard vermeil dans celui de la femme. Elle frissonna, mais n’eu pas peur, elle l’avait rencontrer depuis plusieurs mois et jamais elle n’avait été intimidée par son aspect bestial.
 
- Que sais-tu sur ma volonté ?
 
Elle s’agenouilla, pris le visage de l’homme entre ses mains et le regarda droit dans les yeux.
 
- Tu as bien plus de volonté que tu l’imagines. Depuis que je voyage avec toi, je t’ai toujours vu résisté jusqu’à ce que tu trouves de quoi t’apaiser et jamais tu n’as essayé de me tuer.
 
Son visage était trop proche, ses yeux trop parfait, ses lèvres trop appelantes et son air naïf trop tentant.
 
- Eloigne toi ! dit-il avec une voix qu’il essayait de contrôler.
 
- Non ! Regarde moi, tu peux y arriver.
 
- Eloigne-toi !
 
Il voulu la pousser et fuir le plus loin possible, mais elle avait toujours eu cette force de le paralyser.
 
- J’ai confiance en toi. Je sais que tu ne me feras rien.
 
Naïf en effet, la transformation était déjà en a moitié accomplie et la soif du meurtre grandissait en lui. Son visage ornait à présent un museau et ses yeux vermeils hurlaient sa soif.
 
- Cours …
 
Pour la première fois elle comprit … malheureusement pour elle s’était trop tard. Il commença à cour…
 
 
Croix se réveilla en sursaut, dégoulinant de sueur et sa bouche avait un goût acide qui lui fit comprendre qu’il avait vomis les Doigts d’Anges. Avant même de comprendre ce qui lui était arrivé, il entendit une voix.
 
- Enfin, il était temps ! J’ai bien cru que t'étais venu jusqu'à moi, uniquement pour que je t'enterre. A voir ton état, tu ne devais pas être très lucide, je me trompe ?
 
Il ne répondit pas tout de suite et s’éloigna de l’homme pour aller s’adosser à un arbre. Son katana toujours en main et le faite qu’il soit encore vivant lui firent penser que l’homme ne lui voulait pas de mal.
 
- Non.
 
Après avoir fini sa préparation, l’étranger vint lui apporter un bol en bois.
 
- Allez prend-le, ça va pas te bouffer vu qu'il est déjà cuit.
 
Croix prit le bol et regarda l’homme avec une envie de tuer. Les vomissements avaient dû enlever une grosse partie qui n’avait pas eu le temps de faire effet. Il mit alors ses deux derniers Doigts d’Anges dans ce qui semblait être un ragoût et fit un signe de tête en guise de remerciement.
 
- Je vois, un lycanthrope. Décidément, on en trouve partout.
 
- Moi, cela fait longtemps que je n’en ai plus vu dans ces contrées.
 
Il laissa le champignon agir et ne parla, ne pensa et ne bougea plus, afin de ne plus avoir aussi peur que naguère.


Revenir en haut
Cronose
Lycans

Hors ligne

Inscrit le: 17 Déc 2009
Messages: 68

MessagePosté le: Ven 1 Jan - 23:36 (2010)
Sujet du message: A la recherche du portail
Répondre en citant

Le lycanthrope réagissait étrangement, comme un loup sauvage se méfiant du moindre geste. Il mit une substance étrange dans son repas que Kleyd ne put relever.

Moi, cela fait longtemps que je n’en ai plus vu dans ces contrées.

-Je ne connais pas encore ces terres mais là d'où je venais, des lycanthropes se déchiraient pour l'emprise d'autres territoires. Ce fut un massacre qui marqua la fin d'une guerre entre différents clans. La paix instaurée, on retrouve une perte de tes congénères assez déconcertante. Ils ont frôlé le génocide.


Quand Kleyd termina le fond de son bol, il nettoya le récipient avant de le remettre dans son sac de voyage. Quand un bruit retentit, Kleyd réalisa que l'épée mystique venait d'heurter le sol, dévoilant l'artefact aux finitions parfaites.


*Je pensais l'avoir scellée, mais apparemment, elle parvient toujours à se défaire de mes entraves...*


Il voulut récupérer son arme, faisant passer l'action comme étant une erreur de maladresse ; mais l'artéfact n'obtempéra nullement et se laissa soulever par une poigne invisible, se menant droit sur le nouveau venu. Celui-ci sût réagir en conséquence grâce aux réflexes surdéveloppés dont il disposait de sa race. L'artefact n'insista pas dans sa manœuvre mais revint aux mains de son propriétaire pour semer la confusion. Le lapsus étant des plus grands: le lycan pourrait envisager que Kleyd l'avait attaqué par un sortilège de télékinésie.


-Je crois que je vais devoir t'expliquer... Parfois, cette lame réagit indépendamment de ma volonté, ce qui m'oblige à là sceller, et on dirait bien qu'elle à neutralisée le sceau.


Il ne pouvait garantir que le guerrier goberait son histoire, la vérité paraissant peu crédible. Il devait quand même se méfier du loup solitaire, son visage bestial affichait qu'il ne serait peut-être plus très longtemps amical. Kleyd empoigna rigoureusement le manche de l'épée mystique. Bien qu'il ne comptait pas baisser les armes, il aurait préféré relever son sabre. L'artefact avait en effet le fameux contre coup d'être un aimant à problème... Le soucis actuel étant quelle liait la main de son partenaire à sa propre consistance physique. Elle l'empêchait de sorte de rengainer alors qu'elle se nourrissait déjà de l'énergie négative nimbant les lieux. Bientôt, elle aurait besoin d'attirer l'énergie négative à elle, quand les environs ne lui proposeraient plus assez de malveillance. Par ce procédé, elle ramènera l'attention de créatures étrangères au monde des mortels.


-T'énerves pas. Si on s'affronte, on fera pire que mieux, cette épée aura tôt fait d'amener à nous des visiteurs qu'on ne souhaiterait pas rencontrer.


Attendant sa réaction, il ne le lâcha plus des yeux.


Revenir en haut
Evangélique
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Déc 2009
Messages: 2

MessagePosté le: Dim 10 Jan - 11:51 (2010)
Sujet du message: A la recherche du portail
Répondre en citant

    Nuit. Enfin tu soumets le monde aux ténèbres qui m’habitent. Oui, ôte lui donc ses œillères qui ne lui permettent que d’ignorer l’évidence. Arrache-lui ses yeux, il verra la couleur réelle du monde ; la couleur du chaos, la couleur du néant. Et il comprendra que les couleurs ne sont là que pour nous dérouter de la vérité. Il comprendra que seul l’immatériel existe, et que la matière n’est là que pour nous tromper. Il comprendra qu’il n’y a que Lui qui nous relie à l’existence. Il saura…

        Mais tant que le soleil ne sera pas mort, définitivement mort, tant qu’il continuera de propager ses rayons mensongers, elle devrait être là. Pour rétablir cette vérité. Mais elle n’est pas encore prête, elle le sera bientôt. C’est EUX qui l’ont dit. Mais quand ? Elle commençait à s’impatienter. Pourquoi tout ce mystère ? Pourquoi tant d’ignorance ? N’avait-elle pas un rôle principal à jouer dans tout cela ? N’était-elle pas Sa Volonté ? En attendant elle ne devait rien faire. Elle était comme une enfant enfermée dans une bâtisse religieuse, un couvent, attendant le moment où elle se marierait avec un destin qu’on avait tracé depuis longtemps, un destin qui se lié à celui de races toutes entières. Mais elle avait fini par comprendre qu’il y a des choses qu’on ne choisit pas, surtout si on est Sa Volonté. Ses choix à elle, ils n’étaient rien. Elle n’avait pas de choix. Elle n’était qu’une… entité, elle était un corps, et puis bon, elle avait peut-être une ‘âme’, mais c’était sûrement parce qu’on avait pas pu faire autrement. Fallait faire avec mais le moins possible, ça LES arrangeait. Et puis après ? Qu’y avait-il dehors de si intéressant ? Rien. Rien qui ne lui inspira autre sentiment que celui du dégoût : des mortels, des démons. Mais qu’importait leur race ? C’était la même merde. Semer la destruction, avilir le monde sur leur passage. Pour faire bien, il lui avait semblé comprendre qu’il fallait exterminer jusqu’à parvenir à un point de pouvoir qui permettrait de changer l’ordre du monde. Elle avait également cru comprendre qu’elle devrait aider à cette tâche… Bientôt…

        Elle leva la toile épaisse et se glissa à l’extérieur sans bruit. Elle savait que les sentinelles faisaient des rondes à l’intérieur du campement, près des fortifications, et gardaient les entrées. Et même si la nuit était clair, ce serait un jeu d’enfant d’échapper à cette surveillance exagérée, n’était-ce pas elle « l’Arme » ? Qu’importe, quand on a dix sept ans, on a besoin de ces petits moments de liberté qui nous laisser rêver ce que ce sera d’être « grand ». Depuis le temps qu’elle vivait ici, elle connaissait son environnement par cœur. Aucune branche ne lui était étrangère. Elle se glissa entre les tentes en restant attentives au moindre bruit. A la manière des chauves-souris elle avait su se servir de son ouïe comme d’une sorte de radar. Mais il lui était inutile d’émettre des sons, les sons venaient à elle naturellement avec leurs ondulations particulières suivant les choses qu’ils heurtent ou effleurent. Une espèce d’intuition inexpliqué - et pouvait-elle être expliquée ou ne voulait-on pas lui expliquer à elle ? – se chargeait de traduire ces « ondes » et elle semblait savoir ce qui l’entourait. Elle se baissa derrière une barrique remplie de sel. Elle ne devait pas être vue, et ses longs cheveux rouges sanguins malgré l’obscurité n’avaient pas cette discrétion qu’elle aurait souhaité. Nattés, ils tombaient encore au bas de son dos. Elle attendit que les bruits de pas s’éloignent vers l’Est, et continua sa progression vers les rempares en rondins. Il n’était pas aisé de les escalader, sauf si on se trouvait à l’intérieur. La jeune femme se faufila entre les troncs solidement agencés de manière à résister à une charge de front. Puis, une fois en haut elle sauta, retombant au sol avec la souplesse d’un félin. Elle se redressa, ses yeux vides semblaient plonger dans la forêt. La nuit était à elle, jusqu’au petit jour tout du moins, elle ferait parti de l’ombre. D’un geste agile, elle dégaina son épée, enfin, une de ses épée. L’autre, elle ne l’avait pas emmenée. En porter deux, c’était trop encombrant pour ce genre d’excursion, elle voulait s’échapper dans la légèreté, et après tout, il n’y avait aucun danger dans cet endroit auquel elle n’ait pas déjà échappé. Elle s’enfonça dans la forêt, mais par les hauteurs : elle aimait se mouvoir dans les trois dimensions ce qui ne lui était possible que dans l’eau et dans les arbres.

    - … fait longtemps que … plus vu dans ces contrées.

    Elle tressaillit et stoppa tout mouvement. En général, il ne lui fallait pas longtemps pour s’habituer aux bruits qui l’entouraient, aux bruits de la forêt, aux bruits du campement, mais dès qu’un son s’éloignait du reste, dès qu’il était étranger à son environnement, il lui apparaissait comme un intrus intolérable. On aurait dit que quelqu’un avait parlé juste dans son oreille, mais elle savait pertinemment que cette voix était à quelques dizaines de mètre d’elle. Des gens ? Des humanoïdes ? Ici ? … Pour tout dire, malgré de nombreuses escapades nocturnes, elle n’en avait jamais croisé d’autres à l’extérieur. Etaient-ils entrain de fomenter une attaque sournoise ? La curiosité tendait la jeune femme. Que faire ? Retourner au village et donner l’alerte ? Et comme d’habitude elle ne participerait à rien, c’était trop dangereux, elle n’était pas prête, blablabla. Ou bien, elle pouvait s’approcher de ces… « gens » et… Et quoi ? Les espionner ? Faire connaissance ?

     -… connais pas encore ces terres m… là d'où je venais, des l… se déchiraient p… l'emprise d'au… territoires. Ce fut un massacre qui marqua la fin d'une guerre entre différents …. La paix instaurée, … retrouve une … de tes congénères assez déconcertante. Ils … frôlé le génocide.

    D’après ce qu’ILS disaient, les « gens » de l’extérieur ne valaient pas meilleur traitement que celui qu’on réserve aux parasites… Doucement elle descendit des branchages, et se rapprocha des « individus ». D’assourdissantes tonalités l’arrêtèrent à nouveau, elle les reconnaîtrait d’entre mille : une lame fendait l’air. Evangélique, ainsi nommée par ses ravisseurs, serra l’arme qu’elle tenait déjà bien fermement entre ses doigts. Que se passait-il ? Elle se remit à avancer, avec beaucoup plus de méfiance. Ils ne semblaient être que deux, et d’après ce qu’elle avait cru comprendre, leurs relations n’étaient pas hostiles jusqu’à présent pourtant… Pourtant son ouïe lui disait le contraire. C’était comme si elle « voyaient » l’un d’entre eux s’avancer mollement vers l’autre, avec des pas mal assurés, mais avec une lame plus que sûre d’elle. Etrange personnage… Mais il ne faisait qu’approuver LEURS dires : « les humains détruisaient tout sur leur passage ». Oui, parce qu’elle était certaine que celui à la rapière était un humain, il empestait l’humain de l’extérieur. Et l’autre, qu’est-ce que c’était ? Il était pourvu de deux bras, et de deux jambes, certes, mais sa nature était plus complexe, plus… lunatique ? Elle ne savait pas ce qu’il était, elle n’avait jamais rencontré d’autres créatures telles que lui mais… Ses grands yeux noirs s’écarquillèrent. Elle avait une horrible sensation d’inconfort, comme si quelque chose planait au dessus d’elle, une menace, le genre de menace qui vous oblige à agir coûte que coûte .Tuer ou être tué. Elle lui donnait envie de se jeter sauvagement sur cet homme, et de lui arracher cette… ce… Un regain de haine, et qu’importe d’où il venait, s’empara d’elle avec une grande violence et effectivement… elle se jeta sur l’humain, épée brandit, bien décidée à lui couper ce bras qui tenait ce… cette… chose !

    « Arkhlar’Rokh ! » vociféra-t-elle entre ses dents. Des paroles crachées, comme on aurait maudit. Une langue ancienne, oubliée, dangereuse. Qu’elle ne connaissait pas, par ailleurs. Mais dont ILS se servaient très bien, surtout sur elle, Sa Volonté, l’objet de LEUR religion. Son épée fendait l’air, et attaquait s’en relâche à l’humain, car l’autre… L’autre ? Avait été évincé de sa conscience pour un temps. Le corps d’Evangélique se déplaçait avec rapidité, pour tenter d’autres attaques, pour déstabiliser, pour tuer. Il y avait une force qui tendait ses nerfs à tel point qu’elle était comme prise d’une folie meurtrière…


Revenir en haut
Aera Vali
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 17

MessagePosté le: Mar 12 Jan - 00:02 (2010)
Sujet du message: A la recherche du portail
Répondre en citant

La drogue s’immisça dans son sang, comme une peste contaminant petit à petit son corps tout entier. Aussi silencieuse qu’une ombre, elle serpenta à travers ses veines pour étreinte son cerveau, de ses mains embrumées. Il la sentait se glisser, paisiblement, dans les moindres recoins de son encéphale, avec une douceur plus euphorisante qu’une tendresse maternelle. Tout son corps était épris d’un bien-être frôlant l’exaltation la plus parfaite, si bien qu’il avait l’impression de s’enfoncer dans le sol. La dureté du tronc, sur lequel il s’était adossé, était devenue aussi agréable qu’une clairière baignant dans une chaleureuse nuit d’été.
 
Rien n’aurait pu gâcher cette sensation, enfin c’est ce qu’il pensait. Une épée vola en sa direction pour finir plantée dans l’arbre sur lequel il avait si bien somnoler. Il n’avait jamais compris comment il évitait se genre de chose parfois. Drogué ou ivre à longueur de journée, il devait pourtant avoir des réflexes amoindris, mais il avait toujours eu cette étrange vivacité quand sa vie était menacée. Pourtant, il n’avait plus aucun goût à vivre, si ce n’est cette sensation jouissive à chaque fois qu’il se jetait à corps perdu dans une guerre.
 
- Je crois que je vais devoir t'expliquer... Parfois, cette lame réagit indépendamment de ma volonté, ce qui m'oblige à là sceller, et on dirait bien qu'elle à neutralisée le sceau. T'énerves pas. Si on s'affronte, on fera pire que mieux, cette épée aura tôt fait d'amener à nous des visiteurs qu'on ne souhaiterait pas rencontrer.
 
Trop tard, elle était là … cette sensation. L’étranger venait de l’éveiller ou plutôt son épée d’après ses dires. En quoi cela allait-il changer quelque chose ? Il ne pouvait plus résister, son sang bouillonnait d’excitation. Dans sa bouche, ses crocs commencèrent à sortir. Ses yeux vermeil prirent un éclat qui leurs donnèrent une lueur étrange. Ses iris se teintèrent petit à petit en un écarlate plus étincelant qu’un rubis et percèrent la nuit. Il s’était mit à quatre pattes, grognant comme un loup affamé. Il lui aurait fallu sa fiole, celle qui contenait sa drogue la plus puissant, pour le calmer. Une simple application sur un endroit où elle pourrait circuler rapidement, c’était une chose à laquelle il pouvait généralement penser avant de sombrer. Il la chercha distraitement des yeux, introuvable… Ses longs cheveux noirs encadrait son visage à moitié transformer et lui donnèrent un air encore plus bestiale. Ses muscles contracter frissonnait d’impatience.
 
- Arkhlar’Rokh !
 
Une femme jaillis de la lisière de la forêt et attaqua celui que le lycan avait pris pour cible. La vision importunée par le Doigt d’Ange, il n’arrivait pas à la voir nettement. La seule raison pour laquelle il pouvait affirmer que c’était une femme, c’était à cause de sa voix lorsqu’elle avait criée. Il savait déjà que l’homme, avait qui il avait partagé un repas, aurait pu être assez fort pour le tuer … et voila qu’une inconnue venait prendre part à son jeu préféré ? Quelle bénédiction, il ne survivrait peut-être pas à cette bataille ! Croix poussa un long hurlement rauque qui fît éco dans la nuit et probablement fuir plus d’un animal. Il avait toujours eu cette première action, c’était pour lui comme marquer le commencement de son jeu sanglant. Sa deuxième était, quant à elle, toujours une morsure. Il avait tué sa mère de cette manière, c’était devenu depuis lors son premier réflexe pour assouvir sa pulsion. Il s’élança vers la nouvelle venue, mais elle esquiva sa morsure avec facilité. A présent, il était une bête enragée et le monde autour de lui ne lui aurait pas permis de distinguer un ennemi d’un allié, s’il y en avait eu ... comme autrefois.


Revenir en haut
Cronose
Lycans

Hors ligne

Inscrit le: 17 Déc 2009
Messages: 68

MessagePosté le: Mar 19 Jan - 00:09 (2010)
Sujet du message: A la recherche du portail
Répondre en citant


La tournure des évènements mettait fin à sa piètre tranquillité. Le lycan semblait dépassé par la folie qui l'habitait, une autre tarée venait s'en prendre à lui, bien qu'il ne la connaissait ni d'Eve, ni d'Adam.


*Me voilà en train de battre le fer avec des mômes ! J'espère que je vais pouvoir les calmer. D'une manière ou d'une autre...*


La furie se jeta sur lui, l'épée à découvert, prête à trancher. Kleyd esquiva l'attaque en tournoyant sur lui-même avant de projeter son épée, espérant surprendre l'inconnue. La petite possédait un certain potentiel, elle s'écarta de son opposant, frôlant une lame qui l'aurait à coup sûr neutralisée. Mais à présent, le lycanthrope les chargeait sous la forme d'un hybride enragé. Kleyd fut surpris de constater la rapidité à laquelle il avait évolué. Des lycanthropes aussi redoutables, il n'en connaissait que deux. Voilà que le vétéran se prenait au jeu, il pourrait tester le potentiel de deux étrangers aux cultures complètement opposée des siennes.
Il devra mettre un terme à l'affrontement, si ça virait au drame. En attendant, quoi de mieux pour s'échauffer avant d'affronter ces entités d'Araze !


Le lycanthrope chargeait la demoiselle qui paraissait plus jeune qu'il ne l'aurait cru. Kleyd attendait, assistant au duel des deux brutes.
L'échange ne dura guère longtemps car le lycanthrope repoussa la femme avant de repérer son hôte de campement. Le salaud souriait à pleine gueule, de son visage déformé en bête assoiffée de sang. Il se rua droit sur Kleyd. Celui-ci soupira... Il pensait pouvoir se contenter d'être spectateur pendant un moment mais il se voyait contraint de lever les armes.
Pendant que son adversaire parcourait les quelques mètres qui les séparaient, Kleyd rengaina l'épée mystique, trop dangereuse pour être manipuler en pleine nature. Il s'arma sitôt de son sabre, appartenant à la ligné des Argan. Clan maudit et esclave d'un démon qui fut anéantit après des millénaires de lutte. Enfin libéré de l'entité, son peuple foulait des contrées étrangères aux leurs, sans risquer le moindre courroux. Kleyd avait participé à l'extinction du monstre, il en tirait un souvenir douloureux et appréciable en même temps. La vengeance de son frère l'avait libérer d'un poids qu'il portait sur les épaules depuis dix longues années.
Il cessa de rêvasser et esquiva l'assaut du lycan. Sans attendre, il lui rua un coup de coude dans les flancs. Le craquement qui retentit signifiait qu'il venait de lui briser deux côtes. Mais Kleyd savait que sa régénération aurait tôt fait de le remettre sur pied. Il décocha un coup de sabre, suivit d'un autre. Le premier fut éviter tandis que le second transperça l'épaule musculeuse de l'homme loup.


-Inutile de t'opposer à moi. Je connais tes racines et je peux parfaitement imaginer les attaques propres à tes congénères. Héhé, je ne sais même pas si tu comprends ce que je dis. Après tout, il y en a certain qui perte leur humanité sous ta forme. Ah ? Et si c'est le cas, je fais quoi moi ?!


*Merde ! Il à sûrement quelque-chose pour éviter ce genre de débordement en public... Je devrai fouiller son sac pendant qu'il luttera avec la fille... Je dois encore m'arranger pour qu'il cesse de me prendre pour cible. Mes dernières feintes doivent l'avoir mi en rogne ! Au pire ça me fera de l'exercice... Mais quand même, je dois trouver un moyen de le calmer.*


Kleyd recula de trois pas, attendant la prochaine attaque tout en brandissant son épée encrassée de sang.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:06 (2018)
Sujet du message: A la recherche du portail

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Entrez dans la légende. Index du Forum -> Rakash -> Les contrées éloignées Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
GW Alliance theme by Daniel of Gaming Exe
Traduction par : phpBB-fr.com