Connexion
La date/heure actuelle est Jeu 19 Avr - 18:08 (2018)
Voir les messages sans réponses
Croix

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Entrez dans la légende. Index du Forum -> Portail des âmes -> Biographie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Aera Vali
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 17

MessagePosté le: Sam 26 Déc - 12:55 (2009)
Sujet du message: Croix
Répondre en citant


 
Nom : Oublier.

Surnom : Croix.

Age : 18 ans.

Race : lycanthrope.

Rôle : Guerrier errant.

Description physique : Il a les cheveux noirs mi-long, ses yeux arborent un rouge sanglant et sa peau une blancheur inquiétante. Son corps est parsemé de diverse cicatrises superficielles. Une chemise de lin blanche, tachetée de sang entour sa taille et contraste avec la noirceur de son pantalon matelassé sur lequel, étincelant, se balancent des crochets d’argent. Pour s’opposé à la blancheur de sa peau, un tatouage représentant une croix aussi sombre que le jais est dessinée à l’emplacement de son cœur.

Description mental : La sociabilité n’est pas son point fort, il parle peu et évite la foule. Tuer est pour lui un plaisir particulier et plutôt que de perdre son temps en bavardage inutile, il préfèrerait abattre son interlocuteur. Il n’éprouve aucun remord à massacrer sa cible, quelle soit adulte ou non. Bien qu’il reste la plupart du temps réservé, l’humour ne lui est pas inconnu et un sourire n’est pas impossible sur ses lèvres.

Armes : Un katana maculée de sang sans fourreau qu’il garde d’une poigne forte mais lasse.

Dons : Aucun, hormis ses capacités lycanthropiques.



Histoire :


-    La nuit s’annonçait pourtant paisible… Le village à moitié endormi laissait flotter dans l’air un calme des plus réconfortants. Les torches qui se consommaient faisaient danser les ombres et essayaient de rivaliser avec la lueur de la lune. Le bruit du vent s’engouffrant dans les allées étroites chantait un air apaisant à qui tendait l’oreille pour l’écouter. Rien dans cette soirée n’aurait-pu le prévoir…

.
  
  

-   
Maman, je sors. Je vais sur la colline.
-    Il fait déjà noir, tu sais bien que tu es trop jeune pour sortir tout seul le soir.
-   
Mais j’ai promis à Thorff qu’on irait passer la nuit sur la colline, on raconte qu’il y a des fantômes.
-    Il n’en est pas question ! Va te coucher et oublie ces histoires ridicules.
-    Mais maman !
-    Tout de suite.
-    Papa aurait été d’accord, j’en suis sur ! Il aurait dit que ça m’apprendrais le courage !
-    Et ton père n’est pas là, au lit maintenant.
-    Et il avait promis de rentrer aujourd’hui, grommela t-il.

Le jeune garçon entama son ascension d’un pas lourd et une fois arrivé dans sa chambre, il s’affala sur son lit.

-    Pffffff, j’en ai marre d’être considéré comme un gamin. J’ai bientôt huit ans !

Il somnolait depuis un moment quand un bruit étrange le tira de son demi-sommeil.

-    Hum … qu’est c’que … Aie !

Il venait de recevoir un petit caillou sur la tête et entendit quelqu’un l’appeler en bas de sa fenêtre. Lorsqu’il alla voir qui était l’auteur de ce réveille inattendu, il vu Thorff qui se tenait en face, un grand sourire aux lèvres.

-    Héhéhé, je m’en doutais. Ils t’ont interdit de sortir aussi.
-    Aussi ? Je vois que toi tu as eu le droit de sortir, dit-il avec une voix jalouse.
-    Nan, je suis sorti par la fenêtre, fait pareil. A moins que tu aies peur des fantômes.
-    Mon père revient ce soir, il voudra surement me voir.
-    Et alors ? Le mien aussi. Aller « … », fait pas ton froussard.

Piqué au vif par cette remarque il entreprit sa descente et au bout de quelques instants, il fut aux coté de Thorff.

-    Faut se dépêcher, sinon nos parents risque de vite nous rattraper.
-    J’espère que les fantômes vaudront la future punition.
-    Dit « … », tu crois qu’on peut tuer un fantôme ?
-    Ouai, mais surement pas nous.
-    Hé ! Regarde ! C’est quoi ? Une étoile filante ?

Lorsqu’il observa le ciel, un trait lumineux parcourait le rideau étoile de la nuit à une vitesse incroyable.

-    Je ne crois pas que ce soit une étoile filante…

A l’instant où le trait se planta dans une habitation, d’autres s’ensuivirent pour illuminé le ciel obscur.

-    « … » ce sont des flèches ! dit-il d’une voix paniquée.
-    Qu’est c’qu’on …

Un flèche siffla dans la nuit et coupa la parole au jeune garçon qui s’effondra dans un hurlement de douleur.

-    « … » ! « … » ! Ne meurt pas ! Ne me…

Un deuxième flèche venait d’atteindre sa cible, elle se planta directement dans la tête de Thorff ne laissant raisonner dans le silence que le bruit de son corps sans vie tombant sur le sol.

-    THORFF

Le visage plein de larmes et le corps plein de douleur, il était couché sur le sol, incapable de bouger le moindre membre, il était impuissant. Haut dans le ciel, les nuages recouvrirent l’éclat de l’astre de la nuit et discrètement la pluie tombait en cette nuit qui s’annonçait douloureuse.

-    Ainsi… je v… vais… mou…mourir sous… sous la… pluie…

Il sombra dans un sommeil d’agonie causé par sa douleur devenue trop grande…

.
  
  

-    En fin de compte, on le savait… On ne voulait seulement pas croire en la vérité. Il y avait pourtant des signes, comme le départ de tous les pères affichant une mine morose lors des séparations… comme s’ils savaient que plus jamais ils ne verraient leurs femmes, alors qu’ils ne partait même pas en guerre… et aussi cette foutue promesse qu’ils disaient d’une voix sans plus aucun amour… « Je reviendrai. ». Mais j’aurais préféré ne pas le comprendre…

.  
  
- « … » ! « … » ! Réveille-toi !
* cette voix… je la connais… *
- Réveille-toi !
* Maman ? Nan… je dois être mort…je me demande si elle aussi… *
- « … » !
- Ma…man ?

Incapable de répondre à cause de ses sanglots, un silence s’immisça entre eux. Le jeune garçon ouvrit lentement les yeux et découvrit une pièce n’ayant qu’un unique rayon de lumière pour l’éclairer. Il ne pouvait pas distinguer les traits de sa mère et ne pouvais pas encore bouger pour aller se réfugier dans ses bras.

-    Ah ! Il est enfin réveillé.
-    P…papa ?!
-    Comment vas-tu « … » ? Tu dois probablement être encore sous le choc, mais c’est rien, plus vite je t’expliquerai plus vite tu seras libre. Pour faire simple, depuis des décennies, notre clan obéit à une loi. « Pour devenir sans pitié, le guerrier devra tuer sa propre mère. Une fois qu’il aura pris la vie de l’être le plus aimé, le guerrier sera capable d’abattre n’importe qui sans pitié. ». Afin d’être libre, tu devras tuer ta mère, pour ça, tu as le choix. Soit tu la tue en étant toi-même, soit on te drogue et tu la tueras dans la folie. A toi de voir…

.  
  

- Ils l’ont tenus cette foutue promesse. Ils sont vraiment revenus… Je crois que la vérité m’a fait beaucoup plus mal que ce que j’ai fait… Oui, parce que cette nuit la, j’ai tué… je l’ai tuée. Je m’en souviens parfaitement, il est resté assis à m’observé, elle… elle a supplié… comme si je pouvais y faire quelque chose. C’est vrai, j’avais rien demandé moi, j’avais à peine huit ans et on me promet la liberté en échange d’une vie… Je crois que le faite qu’elle a pleuré m’aie aidé, j’étais si horrifié qu’entendre ses sanglot à commencé à me rendre fou. Alors j’ai commencé à me transformer, j’arrivais plus à me contrôler, mes yeux carmin ont percé le néant de la pièce et mes crocs le coup de ma mère. J’étais transpirant de folie et ma bouche étais paralysé sur la gorge de ma mère éprise de convulsions d’agonie. Ainsi fut la fin de celle qui m’a fait naître… triste et douloureuse. Je me souviens qu’après j’en ai demandé, de la drogue, j’avais le sentiment que sa pouvait me calmer, car après… j’avais soif de tuer.

.  
  

-    La plaine semblait déserte et s’étendait à perte de vue. Le vent chatouillait les hautes herbes et seul le bruit des guerriers respirant venait troubler le calme de la nature. Les secondes semblaient des heures, les heures des années et dans ma main, le katana aussi long que mon corps d’enfant pesait tel un poids. Soudain, le bruit des cors tonnerre dans toute la vallée et de mon corps drogué je m’élançai vers mes ennemis dans un hurlement bestial. Je n’étais pas le seul enfant  dans l’armée, mais moi j’étais en première ligne, la soif aux lèvres. Les heures passèrent et la bataille touchait à sa fin. Le ciel s’était couvert, provocant une pluie orageuse et des grondements lointain. A la fin de cette guerre, debout au milieu des cadavres, je me tenais droit et excité. Les mains fermées sans légèreté sur mon sabre ensanglantées, me donnaient l'impression d'une bête enragée. Mes cheveux étaient trempés par la sueur et mes expirations devenaient, au contacte de l'air glacé, vapeur entre mes crocs. J’avais les pupilles dilatées d'ivresse, les muscles raidis par l'adrénaline et le corps chaud de sang. Dans l'euphorie du meurtre j’ai tué mes ennemis et mes alliés, j’étais devenu fou d'atrocité. Me retrouvant seul dans cette plaine, j’ai décidé de tout abandonner et de partir voyager à travers le monde et son immensité.

.  
  

Dans l’évasion de la drogue, il avait revu des souvenirs enfouis et adossé à un arbre il avait tenu un monologue. Les restes d’une poudre verdâtre s’étaient agglutinés sur ses narines et ses doigts et sa bouche lasse laissa s’échapper une constatation étrange :

- Ainsi, même au plus profond de mon esprit j’ai oublié mon nom …


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 26 Déc - 12:55 (2009)
Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Entrez dans la légende. Index du Forum -> Portail des âmes -> Biographie Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
GW Alliance theme by Daniel of Gaming Exe
Traduction par : phpBB-fr.com