Connexion
La date/heure actuelle est Ven 21 Sep - 07:03 (2018)
Voir les messages sans réponses
La couronne des neufs
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Entrez dans la légende. Index du Forum -> Rakash -> Les contrées éloignées
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Cronose
Lycans

Hors ligne

Inscrit le: 17 Déc 2009
Messages: 68

MessagePosté le: Ven 14 Mai - 11:56 (2010)
Sujet du message: La couronne des neufs
Répondre en citant

 Lorsqu’il émergea de son lourd sommeil, l’étrange être au crâne de mort se releva tout en prenant appuie sur un vieux bâton en érable. Il contempla par la fenêtre les doux rayons du soleil qu’il n’appréciait nullement. Ce phénomène avait tendance à lui ronger le corps. Il ne supportait pas vraiment l’astre diurne mais n’en souffrait pas autant qu’un vampire. Ce qu’il redoutait plus encore que la perte de son âme étant de plus rien contrôler. Son astuce étant d’occuper une enveloppe charnel et il serait stupide d’endommager le corps d’un pareil hôte ! Un réceptacle si plein de ressources avec lequel il ne faisait plus qu’un, comme s’il lui était destiné.

Ne sachant trop que faire, il préférait se déplacer dans les ombres,  mais rester dans cette chambre empestant le faible parfum d’un seul  et unique cadavre ne l’enchantait pas. Il opta pour une ballade à visage dissimulé pour éviter les brûlures du jour. Passant par la fenêtre, des gants protégeaient ses mains alors qu’il parvint au pied de l’auberge, il aperçut une jeune femme qui en sortait.  Il se rappelait d’elle, il avait suivit ses pas pour atteindre Croix-de-Braise. C’était en l’occurrence une élémentaire et sa victoire sur les deux démons de feu témoignait de sa supériorité. En même temps, peu furent aussi puissant qu’un mangeur d’âme. Fier de l’être, il hésita à rajouter cette demoiselle dans son tableau de chasse. Elle s’était autorisée une fouille sur Cronose hors qu’il comptait lui-même le piller et ce depuis longtemps ! La bougre devait avoir en sa possession des objets dont elle ignorait l’utilité. Mais lui, il connaissait leur fonctionnement, ce guerrier qu’il  guettait depuis de longues années usait d’artefacts bien pratique. Il serait presque juste de prétendre un sujet dangereux en la possession de tels biens. Mais si on ne savait pas en faire usage, le détenteur ne représentait plus aucun danger. En l’occurrence, cette dame lui remettrait les biens, d’une manière ou d’une autre. D’abord, il tenterait de comprendre les raisons qui l’ont poussée à rejoindre le guerrier et pour se faire, il avait une petite idée derrière la tête.

S’approchant de l’élémentaire qui s’enfonçait dans les quartiers bas de la ville, il l’empoigna au bras. Quand elle se retourna, il la relâcha.

"-Belle journée, gente dame. En revanche, si vous comptiez approcher Sirus Norson sachez que c’est trop tard, il est mort." dit-il d'une voix extrêmement froide. 

Pendant qu’elle avalait la nouvelle, il en profita pour poursuivre son plan.

"-A présent que vous ne travaillez plus pour personne, je suis là pour vous faire une offre. Le conseil des neufs ma réclamé votre présence à Cendre.  Comme vous avez vaincu Cronose, il sont intéressé par votre savoir-faire. Joignez-vous à nous et vous jouirez de pouvoir et richesse !"

Lui laissant le temps d’assimiler, il souriait de triomphe dans l’ombre de sa capuche. L’excuse était suffisante pour qu’elle l’accompagne jusque-là.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 14 Mai - 11:56 (2010)
Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Anna
Privé

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 34

MessagePosté le: Ven 14 Mai - 12:59 (2010)
Sujet du message: La couronne des neufs
Répondre en citant

Sa vengeance accomplie, Anna s'autorisait quelques sortie, lui permettant de fureter et dénicher quelques bassesses se tramant dans la ville. Ainsi la belle s'alourdissait de quelques pièces d'or s'ajoutant à ses précédents trouvailles.
Mais l'une de ses excursions fut ponctuer un malheureux jour par la venue d'un sombre visiteur. S'engageant à son habitude dans les lugubres ruelles de Croix-de-braise, la jeune femme fut rapidement rattraper par un individu à l'allure macabre. Une forte poigne lui saisit le bras, elle n'eut pas le temps de dire le moindre mot quand la silhouette encapuchonnée l'entraina dans une rue déserte.

"-Belle journée, gente dame. En revanche, si vous comptiez approcher Sirus Norson sachez que c’est trop tard, il est mort."

Un glacial frisson la parcourue, elle déglutit lentement. L'étranger présentait une allure effrayante à en faire pâlir plus d'un. La belle tenta de discerner ses traits sous son sombre capuchon mais ses yeux clairvoyants ne purent percer les noirceur masquant son visage.
Le visage de la belle paraissait tendu, une peur semblait la tenailler et la solide poigne de son interlocuteur ne pouvait que s'ajouter à sa crainte.
Ces mots raisonnaient à présent dans sa tête, la mort de Sirus s'était avérée inéluctable, et d'après la réaction de ce dernier, il le pressentait.
L'étranger s'empressa d'ajouter :

"-A présent que vous ne travaillez plus pour personne, je suis là pour vous faire une offre. Le conseil des neufs ma réclamé votre présence à Cendre.  Comme vous avez vaincu Cronose, il sont intéressé par votre savoir-faire. Joignez-vous à nous et vous jouirez de pouvoir et richesse !"

Le regard d'Anna changea brutalement passant de l'angoisse à un petit éclat vif appelant à l'appât du gain. Si il disait vrai, cette occasion de gravir les échelons du conseil serait une irrésistible tentation pour l'intéressée et comment ne pas y céder à corps perdu. Cependant sa prédilection pour la méfiance n'était que trop grande, surtout en vue d'une si belle opportunité dont les contraintes n'avait pas lieu d'être.


_Votre proposition est bien plus qu'alléchante, mais comment puis-je être sur de vos dires?


L'élémentaire se dégagea de sa solide poigne d'un coup sec, laissant l'inconnu se tenir tout ouïe à ses mots. Elle s'écarta quelque peu de l'effrayante silhouette, vêtue de noir et munie d'une faux aussi tranchante que la plus affutée des épées. Anna le toisa brièvement du regard, jaugeant de bas en haut la sombre et longiligne forme se tenant à ses côtés. Le contournant quelque peu, ses douces lèvres ajoutèrent quelques mots.


_Un illustre inconnu, m'empoigne dans une ruelle de cette maudite cité, me parle du conseil des neufs et m'assimile à la mort d'un dénommé Cronose. Comment voulez-vous que je vous crois? surtout ici, une preuve serait la moindre des choses.
Il me semblerait aussi que me traquer soit un passe-temps que vous appréciez un peu trop à mon goût. Néanmoins si vous me présentez une preuve convenable, j'accepterai peut-être.


Elle attendait avec intérêt sa réponse, s'adossant au mur de la ruelle et le regardant fixement de ses yeux miroitant, son aspect lui inspirant toujours une crainte visible.


Revenir en haut
Cronose
Lycans

Hors ligne

Inscrit le: 17 Déc 2009
Messages: 68

MessagePosté le: Sam 15 Mai - 17:21 (2010)
Sujet du message: La couronne des neufs
Répondre en citant

Attendant sa réponse, l’être étrange gardait une posture figée. Elle finit par le questionner, prise d’un soupçon d'hésitation.

 -Votre proposition est bien plus qu'alléchante, mais comment puis-je être sur de vos dires?

Elle s’écarta de la prise qu’il maintenait à son bras.

-Un illustre inconnu, m'empoigne dans une ruelle de cette maudite cité, me parle du conseil des neufs et m'assimile à la mort d'un dénommé Cronose. Comment voulez-vous que je vous crois? surtout ici, une preuve serait la moindre des choses.
Il me semblerait aussi que me traquer soit un passe-temps que vous appréciez un peu trop à mon goût. Néanmoins si vous me présentez une preuve convenable, j'accepterai peut-être.

Il demeura de marbre avant de justifier cette poursuite.

-Vous semblez ignorer que le conseil des neufs ne se limite pas à un seul assassin pour vaincre une cible. Cronose à échoué, j’ai été désigné comme plan de secours. Voilà qui explique la raison pour laquelle je vous pistais. J’ai communiqué ces informations au conseil et ils m’ont ordonné de vous faire cette offre. Ils considèrent que votre petit exploit cache un potentiel qui pourrait leur être utile. Je me suis donc empressé de remplir ma mission en assassinant Sirus pour finalement vous rencontrer.

Le silence s’instaurait, permettant à l’élémentaire de réfléchir à la proposition quand l’inconnu reprit la parole.

-C’est votre choix mais réfléchissez bien car on ne reçoit jamais deux propositions comme celle-ci dans une vie…

Patientant  dans cette longue attende, il songea aux plaisirs qui l’attendait à Cendre. Mais si elle le suivait, il aurait la chance d’accomplir un autre objectif…  


Revenir en haut
Anna
Privé

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 34

MessagePosté le: Dim 16 Mai - 20:41 (2010)
Sujet du message: La couronne des neufs
Répondre en citant

L’étranger, dont la silhouette lui inspirait une crainte semblable à celle des démons, lui narra une histoire plutôt convaincante. Néanmoins la belle réfléchissait toujours, penchant de chaque côté la balance lestée du trépas d’un côté et de richesse de l’autre.
Ces yeux scintillèrent d’un éclat flamboyant, l’espionne se voyait déjà gravir les échelons du conseil un à un, amassant fortunes et artefacts précieux. Il coupa le pesant silence d’une phrase décisive.

-C’est votre choix mais réfléchissez bien car on ne reçoit jamais deux propositions comme celle-ci dans une vie…


Anna tenta vainement de discerner un visage sous ce macabre capuchon, aspirant au moindre indice, mais une décision devrait sceller son destin. Un moment d’hésitation s’en suivit, aussi pesant que les précédents, alourdissant le poids de sa situation.

_Je dois admettre que cela ma semble cohérent, étranger. Néanmoins, si j’apprends que votre ambition est tout autre concernant ma personne, vous en subirez les conséquences, malgré que vous m’ayez suivit ces jours derniers, sachez qu’une espionne a plus d’un tour dans sa besace.
Mais j’accepte votre proposition, avec un plaisir… particulier. Je vous propose de m’accompagner à l’auberge où je loge, ou nous discuterons quelques peu des clauses de cette « proposition ».


Se dégageant de son mur, elle s’avança de quelques pas pensant que la sombre silhouette la suivrait sans hésitation. Son immense faux la terrorisait, la jeune femme se méfiait en tout point du personnage dont la macabre allure lui procurait des frissons dans le dos.
Réalisant qu’il n’avait pas bougé d’un pouce, elle se retourna et s’apprêtait à lui jeter un regard glacial. Mais la forme de son immense cape se dessinant en contre-jour dans la sombre ruelle, la pris de cours, lui coupant toute envie de faire le moindre geste.
D’un ton maladroit, elle balbutia quelques paroles :

_Vous… Vous venez ? Où une autre idée se trame sous votre sombre capuchon ?

Attendant une réponse, la belle marqua une expression de tracas, son pouls s’accélérait comme si l’inconnu lui réservait un sort funeste au moindre de ses gestes. Une sensation désagréable l’envahissait, la plongeant dans un océan de peur dont l’écume s’abattait dans son esprit tel un écho oppressant.
Dans un effort, la jeune femme revint sur ses pas avec prudence et ajouta une brève interrogation :

_Une dernière chose : quel est votre nom au juste?

Anna tentait vainement de masquer sa peur, se disant que l'étranger devait bien rire d'elle sous sa capuche couleur ébène.


Revenir en haut
Cronose
Lycans

Hors ligne

Inscrit le: 17 Déc 2009
Messages: 68

MessagePosté le: Mer 26 Mai - 23:16 (2010)
Sujet du message: La couronne des neufs
Répondre en citant

Il respirait la peur de la femme, chaque soupir trahissant sa crainte.  Cependant, elle parvint courageusement à reprendre la parole.

Vous… Vous venez ? Où une autre idée se trame sous votre sombre capuchon ? A l’idée d’une sombre pensée, sa bouche définie par un croissant de crocs, déploya un sourire malsain. La jeune femme demeurait pétrifiée, attendant une réponse qui ne parvenait pas. L’être, quant à lui, restait immobile. Pour seul partenaire, l’obscurité le guettait. Il donnait l’affreuse impression d’être traqué par la mort, ou pire encore… Il représentait peut-être même son réceptacle de chair. Après tout, cet étrange personnage incarnait parfaitement l’idée du néant. Aucune joie découlait à fouler son sillage, à coup sûr, il ne pouvait être mortel…
La jeune femme, crispée par l’effroi, reprit son calme avant de quérir son nom. Il semblait l’observer mais avec cette obscurité et cette sombre capuche, rien ne pouvait l’affirmer.

-Inutile de me nommer, c’est ma faux qui parle en mon nom… qu’importe l’identité des âmes fauchée, une fois prises, elles sont toutes mises sur le même pied d’égalité. Quelles eurent un nom ou non.  

Après un court silence, il reprit.

-Vous me retrouverez à la nuit suivante, derrière le chêne des damnés. Nous voyagerons de nuit et il en sera ainsi jusqu’à Cendre.
 
Clôturant la discussion, sa voix s’échappait dans le lointain tandis qu’il se confondait dans les ombres. A dire vrai, il avait totalement disparu, ne laissant le souvenir que d’un songe.



Revenir en haut
Anna
Privé

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 34

MessagePosté le: Jeu 10 Juin - 22:33 (2010)
Sujet du message: La couronne des neufs
Répondre en citant

-Vous me retrouverez à la nuit suivante, derrière le chêne des damnés. Nous voyagerons de nuit et il en sera ainsi jusqu’à Cendre.
 
La jeune femme ne répondit rien, littéralement figée par l’être dont  la noirceur n’avait nulle autre égale. Elle observait la macabre silhouette se dissiper peu à peu, s’enveloppant dans une inquiétante brume. Une fois disparu derrière l’obscur nuage, la belle ressentie une vive sensation, une sorte de second souffle comme si la simple présence de cette récente rencontre réduisait tout son être à néant.
 
Anna resta un instant dans la pénombre de cette ruelle, telle une statue faite de marbre en proie au aléas du temps. Cette entrevue lui paraissait tellement irréelle, que quelques minutes défilèrent jusqu’à ce que la jeune femme reprenne ses esprits. N’ayant pas d’autre choix que de suivre ses instructions, elle se décida à retourner dans son auberge pour y passer la nuit. Son chemin fut comblé d’une intense réflexion sur le sujet, pesant la balance du risque et du gain. Mais un sourire narquois se dégageait de son visage et son avidité n’avait jamais été si stimulée.
Une fois à l’auberge, elle ne prit même pas le temps de saluer l’aubergiste et parti de glisser immédiatement dans son lit.
La nuit passa lentement pour la jeune femme, hantée par des songes sans le moindre sens  mais tous aussi terrifiant les uns que les autres.
 
L’aube s’étendait à peine sur la ville de Croix-de-braise que la jeune Anna se tenait déjà prête à prendre la route, ne pouvant finalement trouver un repos convenable elle avait jugé bon de préparer le nécessaire. La journée s’annonçait être aussi longue que sa courte nuit.
Cependant elle entrevoyait déjà ce qui pourrait emplir ce vide, un peu de dépouillement probablement. Son regard se tourna vers le soleil émergeant par delà une lointaine colline, ces rayons, encore pourpre baignait maintenant la ville dans une atmosphère lourde. La journée s’annonçait chaude, avec un semblant de nuage émergeant à l’horizon. Le temps semblait si variable dans la région la veille une brume enveloppait la cité dégageant une fraîcheur automnale.
 
La journée s’écoula, heure après heure. La jeune femme semblait impatiente, se lassant au fil du temps de ses maigres larcins.
La pénombre amenant la nuit arriva finalement. L’astre du jour laissa sa place à celui de la nuit décochant à la jeune femme un sourire radieux. Ses yeux balayèrent vivement le ciel, une nuées de nuages recouvrait la ville, annonçant avec ardeur un orage assez violent.
Elle se rendit prudemment au point de rendez-vous, juchée fièrement sur un noble destrier, attendant patiemment son futur acolyte.
 
L’endroit était désert, comme la belle le prévoyait, elle se trouva une place au seuil de l’immense tronc qui portait plutôt bien son nom.
Malgré son excitation, Anna appréhendait encore sa rencontre avec l’individu, qui paraissait puissant, mieux valait l’avoir comme allié plutôt qu’ennemi.
Après un instant, une silhouette se dégageait à l’horizon. Elle reconnut immédiatement la forme de cette faux si tranchante, et même luisante sous les rayons de la Lune, précédant le sombre voile qui recouvrait le semblant d’être à l’aspect sinistre.
À cette vue, elle déglutit lentement et sentie son sang se glacer, malgré que la belle soit une artiste dans son élément.
Cependant son impertinence pris le dessus et dès lors que la silhouette se rapprochait d’elle, sans même l’avoir voulu, elle lança de son faible promontoire :
 
_C’est que vous avez pris votre temps, j’ai failli attendre.
 
Mais son assurance était inexistante et sa voix la trahissait sans le moindre doute. Il arrivait à sa hauteur, son aspect lui paraissait encore bien plus effrayant en cette nuit ombrageuse.
Ne se séparant pas de sa faux, il tourna son visage, toujours dissimulé sous son sombre capuchon vers l’astre perçant de ses éclats les noirs nuages. De sa monture elle le regardait avec une appréhension certaine, Il semblait qu’il allait ajouter quelque chose, quant une épaisse averse s’abattit sur les deux voyageurs.
Anna décocha un sourire, la pluie certes moins que la neige ou encore les froides atmosphères lui permettaient le plus souvent de se revigorer.
 
_ Cela ne remet pas en cause notre expédition nocturne, prononça-t-elle avec cette fois une plus grande assurance.
J’ai préparé quelques paquetages, j’ignore encore si vous vous nourrissez comme moi, mais au cas ou j’aurai quelques vivres en plus. En revanche j’espère que vous avez une monture, mais je pense que vous aurez de quoi vous débrouiller monsieur… La faux.
Sur ce mettons-nous en route pour Cendre, non ?
 
Anna redoutait encore une réponse, sa voix ne lui ôtait en rien de sa pétrifiante apparence. La jeune femme s’apprêtait à se mettre en chemin, mais un geste de sa main stoppa nettement son mouvement inspirant presque de la crainte à son étalon dont la robe ébène luisait sous les rayons de l’astre nocturne.


Revenir en haut
Cronose
Lycans

Hors ligne

Inscrit le: 17 Déc 2009
Messages: 68

MessagePosté le: Ven 11 Juin - 15:41 (2010)
Sujet du message: La couronne des neufs
Répondre en citant

Il ne fut guère surpris de la retrouver au point de rendez-vous. Après tout, qu’elle l’ai voulu ou non, elle l’aurait suivie. En effet, il disposait de quelques atouts, comme un language envoutant inspirant la crainte mais provoquant surtout la docilité de ses proies. Même si dans ce cas présent, elle aurait peut-être bien eu le cran d’atteindre de sa propre volonté, le point de rendez-vous par simple désir de pouvoir.  A la clef se tenait une récompense inespérée pour la jeune femme. Maintenant qu’elle n’avait plus de supérieur pour gagner sa croute et de l’influence, elle n’avait plus que pour alternative, l’idée d’approcher la hiérarchie de l’ordre des neufs. L’être étrange qui l’accompagnait n’était pas la compagnie des plus agréable mais… c’était un sacrifice ridicule de le suivre pour accomplir le rêve de gravir les échelons.
Au bout du compte, elle tenta de communiquer avec « faux ».

J’ai préparé quelques paquetages, j’ignore encore si vous vous nourrissez comme moi, mais au cas ou j’aurai quelques vivres en plus. En revanche j’espère que vous avez une monture, mais je pense que vous aurez de quoi vous débrouiller monsieur… La faux.
Sur ce mettons-nous en route pour Cendre, non ?

Le silence s’instaura, laissant la question en suspens. L’orage gronda une nouvelle fois tandis que la pluie dégoulinait sur les deux voyageurs. Enfin, il prit la parole.

-Je ne risque pas d’avoir faim, ma substance ce contient par d’autres moyens. Mais je ne préfère pas les citer, vous risqueriez de ne plus me suivre.

Il commençait à marcher tandis que l’élémentaire conservait sa position.

-Vous pensez que je suis démunis de monture que vous demeurez figée ?

Il la fixa un instant avant de se tourner en direction d’un tronc épais. Il posa sa paume contre l’immense érable, libérant un vortex obscure, se déployant avidement. Une fois qu’il eut occupé la surface entière du tronc, quelque-chose de massif semblait en émerger. Quand la silhouette d’une monture robuste en fut extirper, les ombres la quittèrent  pour dévoiler sa robe ébène. Recouvert d’une armure de destrier, l’étalon de guerre aux yeux sanglant releva ses pattes-avants pour défier le monde des mortels…  Quand « Faux » récupéra la longe avant de grimper sur la selle en cuir noir, il se mit en route, analysant si la jeune femme serait en mesure de le garder en vue. Bien entendu, il s’arrêterait si elle ne tenait pas la cadence, en revanche, il l’a forcerait à précipiter son rythme quotidien. Evaluant leur vitesse moyenne, il songea que Cendre leur ouvriraient ses portes à la nuit suivante. Ce fameux jour où la demoiselle souffrirait de l'échec. A l’idée qui se tramait dans le fond de son esprit, il ne put s’empêcher d’emettre un rire de gorge silencieux…





Revenir en haut
Anna
Privé

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 34

MessagePosté le: Ven 11 Juin - 23:59 (2010)
Sujet du message: La couronne des neufs
Répondre en citant

L’impressionnante monture se dressa sur ses postérieurs sous la clarté de la Lune, faisant scintiller son pelage. Anna regarda la bête avec un intérêt particulier, ses yeux observèrent vivement cette armure dont le poids conséquent devait être supporter par une imposante masse musculaire.
Son destrier ne donnait pas fière allure à la jeune femme à côté du monstre, mais la monture de son acolyte était loin de l’effrayer. Un faible éclat illuminait presque son froid regard et la jeune femme s’étonnait elle-même de sa réaction.
 
_Magnifique dit-elle d’un murmure inaudible.
 
La sombre silhouette qui se mêlait dans la pénombre, escalada avec souplesse sa monture, Anna décocha une esquisse de sourire.
 
*Ah ce n’est pas aussi fragile que je le pensais ce genre de bestiole, mais il doit bien avoir un point faible, reste seulement à le découvrir…*
 
_Allons-y alors, j’espère tout de même qu’on trouvera votre substance en route… Faudrait pas que vous mouriez de faim.
 
Au fur et à mesure l’élémentaire s’habituait à la présence de cet être mystérieux, même sa faux lui paraissait moins effrayante maintenant.
La belle fouetta les rênes de sa monture sur son encolure, donnant ainsi l’ordre à son destrier de chevaucher à travers les sinueux chemins qui les mèneraient vers Cendres. Son compagnon de route lui emboîta le pas juché sur sa puissante monture.
Ce dernier la rattrapa rapidement et finit par la dépasser d’une large distance, la belle, surprise envoya quelques coups de talons dans le flanc de son animal. Son étalon obéit vivement aux ordres et accéléra son galop, déjà rapide.
Ses yeux n’avait pas quitté la lointaine silhouette du cavalier, elle le vit quelque peu ralentir jusqu’à ce qu’elle daigne finalement arrive à sa hauteur.
 
_Excusez-moi l’ami, mais tout le monde n’a pas le même genre de monture que vous, ni votre gabarit…
Mais je crains que mon noble destrier ne puisse supporter un tel rythme jusqu’à notre arrivée, il va falloir ralentir la cadence tôt ou tard.
 
Aussitôt, ses doigts étreignirent les solides lanières de cuirs maintenant cet étroit lien entre la cavalière et sa monture. Son allure diminua aussitôt, l’animal ne donnait peut-être pas de mine mais il se trouvait être fort attentif. La jeune femme s’attendait à ce que son prédécesseur e fasse de même, mais à peine leva-t-elle les yeux qu’une immense ombre surgit des bois bordant le sentiers boueux.
La gigantesque forme plongea droit sur Anna restée en retrait, désarçonnée et prise de cours, la jeune femme tomba lourdement sur le sol mais eut tout de même le réflexe de saisir ses deux dagues une fois ses esprits retrouvés. Son assaillant entraîné par le choc atterrit quelque mètres plus loin.
Recouvertes des pieds à la tête de l’épaisse gadoue, elle se releva péniblement glissant de toutes parts mais son adversaire ne lui laissa pas le moindre répit et se jeta à nouveau sur elle.
La jeune femme se retrouva sur le dos tentant de maintenir éloigner de ses points vitaux une massive bête dont les crocs acérés se rapprochait peu à peu de sa poitrine. D’un vif mouvement elle replia ses jambes pour les déployer de sa pleine puissance dans l’abdomen de son ennemi. Ce dernier fut projeté à quelques mètres de là, laissant ainsi le temps à Anna d’effleurer son talisman et de piéger l'être dans une prison de glace sur laquelle ruisselait la pluie battante.
Sans jeter le moindre regard à son acolyte et sachant pertinemment qu’il n’avait pas bouger, elle lança timidement :
 
_Vous auriez au moins pu descendre de votre selle, ou…faire semblant de m’aider.


Revenir en haut
Cronose
Lycans

Hors ligne

Inscrit le: 17 Déc 2009
Messages: 68

MessagePosté le: Sam 12 Juin - 13:09 (2010)
Sujet du message: La couronne des neufs
Répondre en citant

Il contempla avec un intérêt particulier, la jeune femme lutter pour sa vie. Elle vint à bout de la créature assez rapidement, en usant de la magie qui découlait en elle par le biais d’un talisman. Suite à son combat, elle ne put s’empêcher de lancer une remarque.

-Vous auriez au moins pu descendre de votre selle, ou…faire semblant de m’aider.

Ricanant, il ne tarda à s’expliquer, amusé.

-Si vous êtes en mesure de vaincre un bretteur tel que Cronose, alors ce n’est pas une créature si déplorable qui vous aurait vaincue ! D’autre part, c’est une manière pour moi d’analyser vos atouts.

Pourtant et maintenant que le combat était terminé, Faux approcha sa monture de celle de la jeune femme. S’armant de son arme dévastatrice, il plongea la pointe dans l’encolure de la bête. Celle-ci semblait se vider de son essence vitale alors qu’elle prenait une tête grisâtre, comme si elle était sous l’emprise d’un sortillège de pétrification.

-Voilà, votre monture n’appartient plus tout à fait à ce monde. Son âme fauchée par ma faux fait liaison jusqu’à moi un peu comme votre talisman fait le lien entre vous et votre magie. Vous savez maintenant grâce à quoi je subsiste et vous comprendrez que votre monture n’aura plus le moindre problème pour suivre la cadence de mon étalon. En effet, je ne l’ai confisqué que la moitié de son âme mais c’est suffisant pour qu’elle appartient à présent aux adeptes de la non-vie. A présent, elle fonctionne de la même manière qu’un mort-vivant.  

Suite à ce dialogue douteux, il se remit en route plus lentement, attendant que la jeune femme daigne lui emboiter le pas.
Quand ce fut le cas, ils voyagèrent jusqu’à l’aube ou les deux voyageures s’enfoncèrent dans une grotte.


-Nous resterons ici jusqu’à la prochaine nuit… Si je ne dis pas de bêtise c’est ici que vous avez vaincu le guerrier Cronose. Etrange que ça dépouille ne sois plus là !

En effet à l’emplacement où se trouvait le cadavre du guerrier ne demeurait plus que des tâches de sang, rappelant la violence de ses blessures.


Revenir en haut
Anna
Privé

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 34

MessagePosté le: Dim 13 Juin - 21:00 (2010)
Sujet du message: La couronne des neufs
Répondre en citant

L'endroit lui était bien familier. Elle demeura silencieuse un instant, repensant à ce moment ou elle le vit, Cronose rejoindre le royaumes des morts. Ce dernier n’appartenait plus à ce monde, mais il avait laissé chez la jeune femme un souvenir impérissable.
Sa bouche exprima un lourd soupir, tout en admirant l’endroit dénué du cadavre. Les traces de sang étaient encore largement visible, mais nul trace du corps ne subsistait en ce lieu, intriguant ainsi la jeune femme.
L’élémentaire fit rapidement volte-face vers son acolyte, qui à sa grande surprise se dressait à quelques pieds d'elle. Sa faux lui parut alors plus menaçante que jamais en ce sombre lieu. Elle tenta encore vainement de dissimuler sa stupeur, et lança :
 
_On dirait que vous craigniez la journée, ou plutôt le soleil, au moins ça me change de mon mode de vie habituel. J’irai me reposer dans peu de temps.
 
Son cœur battait à une allure folle, la silhouette se dessinait minutieusement par les rayons qui perçait peu à peu les intérieurs sinueux de la caverne.
Puis, sans réellement attendre de réponse concrète, elle alla chercher quelques vivres dans son paquetage solidement noué à la selle de ce qui demeurait sa monture. La bête ne paraissait plus avoir rien de vivant, tout en demeurant animée par un semblant d’être fait de chair. L’élémentaire n’était pas répugnée par cet aspect défraîchi, certes l’animal arborait une repoussante apparence, mais en aucun cas il n’en était responsable. Elle le savait, et affichant un air de compassion pour la bête, ses pas la ramenèrent vers son acolyte se cachant lâchement du jour dans l’obscure caverne.
 
_Je dois admettre que vous faites bien votre travail de pisteur…Mais... m’est d’avis que vous n’avez pas choisi ce lieu par pure et simple hasard. La coïncidence n’est que trop flagrante.
 
Commença-t-elle tout en s’affairant à dénouer de solides nœuds la séparant de quelques ressources vitales.
 
_....Et le fait que son cadavre est disparu me paraît plus que douteux. Je vous pose donc la question que sommes-nous réellement venu faire ici ?
Si vous le souhaitiez vous me tueriez en quelques secondes et vous avez probablement la puissance d’un des membres du conseils, ce qui me reviens à vous demander : Quelle est mon utilité dans cette histoire ?
 
Il demeurait stoïque se tenant écarté de cette éblouissante lumière qui dominait impérialement l’extérieure de l’antre. Exaspérée par ce silence de mort, la belle se dressa d’un coup échappant maladroitement son paquetage quelques mètres plus loin.
 
_Vous pourriez au moins répondre à mes questions, nous sommes bien obligés de faire cette route ensemble… Mais puisque je vais allez me reposer, et que vous ne semblez pas être atteint par ce mal qu’est la fatigue, je vous suggère d’aller fouiller alentours pour voir si votre précieux cadavre ne pourrait pas apporter quelques réponses.
 
La jeune femme avait toujours eu le don de ne pas savoir comment agir en compagnie d’un tel être, et son mal-être était palpable à chacun de ces mots.


Revenir en haut
Cronose
Lycans

Hors ligne

Inscrit le: 17 Déc 2009
Messages: 68

MessagePosté le: Dim 13 Juin - 22:35 (2010)
Sujet du message: La couronne des neufs
Répondre en citant

La singularité de l’évènement alerta la jeune femme de quelques contingences. Se retournant face à son funèbre compagnon, elle remit en doute ses réelles intentions.

-Je dois admettre que vous faites bien votre travail de pisteur…Mais... m’est d’avis que vous n’avez pas choisi ce lieu par pure et simple hasard. La coïncidence n’est que trop flagrante.

Elle s’affaira à dénouer les nœuds la séparant de ses victuailles. Ensuite, elle renchérit de plus belle.

-....Et le fait que son cadavre est disparu me paraît plus que douteux. Je vous pose donc la question que sommes-nous réellement venu faire ici ?
Si vous le souhaitiez vous me tueriez en quelques secondes et vous avez probablement la puissance d’un des membres du conseil, ce qui me reviens à vous demander : Quelle est mon utilité dans cette histoire ?

S’enfonçant dans les ombres, il scrutait la jeune femme, ne répondant que d’un bref silence. Après qu’elle ait relâchée gauchement son sac de voyage, elle l’interpella à nouveau, éreintée par son absence de vie.

-Vous pourriez au moins répondre à mes questions, nous sommes bien obligés de faire cette route ensemble… Mais puisque je vais allez me reposer, et que vous ne semblez pas être atteint par ce mal qu’est la fatigue, je vous suggère d’aller fouiller alentours pour voir si votre précieux cadavre ne pourrait pas apporter quelques réponses.

Il la scruta à nouveau, palpant la peur qui émanait de ses pores.  Enfin, il jugea bon de lui répondre.

-En effet j’avais prévu d’arriver en ce lieu. Pour le corps, ce n’est pas la peine de le chercher, le Conseil des neufs l'a récupéré pour un petit… examen.

Sachant qu’il n’étancherait guère sa curiosité avec si peu d’informations, il se sentit contraint de poursuivre.

-Cronose était une personne… particulière. Il n’était pas humain, comme le laissait prétendre son apparence.  Issu d’une race convoitée par le Conseil, ils doivent sans doute en ce moment mener des expériences sur son corps, pour comprendre cette différence qui le rendait si puissant. En attendant, je me suis chargé de vous ramener ici, car c’était le moyen le plus simple pour m’assurer qu’on ait parcourut la moitié du chemin. En effet, les neufs n’attendent pas leurs effectifs, se sont eux qui viennent à eux.  Si vous ne respectez pas votre engagement envers eux, ils vous tourneront le dos. Souvent, c’est le début du cauchemar, on ne laisse pas vivre quelqu’un qui en sait trop sur l’organisation…

Il marqua une pause avant de reprendre…

-Avant l’aube prochaine, nous devons impérativement être à Cendre. Sur ce, je vous laisse méditer…

Il s’enfonça dans une galerie obscure, se dissipant dans les ombres du néant…


Revenir en haut
Anna
Privé

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 34

MessagePosté le: Dim 13 Juin - 23:30 (2010)
Sujet du message: La couronne des neufs
Répondre en citant

La silhouette de « faux » avait disparu comme avalée par l’obscurité de la caverne, laissant ainsi la belle à ses réflexions.
 
_ Me voilà dans de beaux draps se murmura-t-elle. Je crois que je n’ai pas réellement le choix et quand bien même plus rien ne me retient ailleurs… voyons voir ce que le futur me réserve.
 
Ses yeux se posèrent sur son paquetage maladroitement égaré, elle y dénicha un bout de pain ainsi qu’un petit morceau de viande. Malgré que la faim ne la tenaillait pas elle se devait de prendre quelques forces. Qui sait quel sombre avenir lui réserverait ce périple surtout au côté de cet étranger bien particulier.
Ses craintes se confirmaient quant à son acolyte, dont les intentions étaient loin d’être louables. La belle faisait les cent pas tout en arrachant de temps à autre un morceau de chair de ses dents, se demandant dans quels ennuis elles se trouvaient et quel sort funeste l’attendait.
Quant au défunt Cronose, ses interrogations ne cessaient de s'intensifier.
 
*Ce bougre n’était donc pas réellement humain… voilà qui explique bien des choses à commencer par sa force...*
 
Puis épuisée par ces longues heures sans dormir, et n’ayant pas eu l’occasion de se reposer cette nuit à cause de leurs périple, elle tomba dans profond sommeil, mais cette fois-ci dénué de tous songe, comme si une partie de son esprit s’en était allé dans un autre monde.
 
Son réveil, au contraire fut bien plus brutal. La première chose qu’elle eu l’occasion de sentir fut la lame aiguisée de son compagnon sur sa joue entaillant ainsi la fine peau de la jeune femme. La belle eu un vif mouvement de recul, et dans l’un de ses habituel réflexes dégaina ses armes.
 
_Il nous faut partir, siffla-t-il à la jeune femme, sans même prêter attention à son ridicule geste de défense
 
Elle regarda à l’extérieur, la pénombre se glissait tel un fin linceul sur l’immense bois entourant l’antre, recouvrant peu à peu d’une faible obscurité les alentours.
 
_Il y a d’autre façon de réveiller une personne qui sommeille que de lui entailler le visage. Rétorqua-t-elle tout en s’essuyant du revers de sa manche.
Et n’en profitez pas pour vous nourrir de mon fluide, je pense que vous avez du suffisamment vous occuper à trouver une quelconque bête pendant que je dormais.
 
La jeune femme crut percevoir un faible ricanement dans l'obscurité, ainsi que quelques paroles. L’individu l’exacerbait de plus en plus, elle sentait à chaque seconde son destin lui échapper du bout des doigts, suivant maintenant un appel presque irrésistible vers un chemin dont la fin lui était inconnue.
Une fois l’antre descendue, et sa besace solidement harnachée, elle grimpa sur le dos de ce qui fut autrefois son vivace étalon, mais dont les nouvelles aptitudes ne cesseraient de l’étonner.
Une simple pression de ses mollets et l’animal chevaucha à travers les bois. Elle sentit le vent s’engouffrer dans ses cheveux, la vitesse lui donnait de l’adrénaline, elle souriait presque d’extase. Mais bien vite la réalité la rattrapa, se souvenant des paroles de son compagnon qui lui avait rapidement emboîté le pas, et à nouveau dépassé de peu.
 
*Ce soir mon destin sera peut-être scellé… *
 
Ils arrivèrent à Cendres tôt dans la matinée, la nuit allait tout juste disparaître, et les premières lueurs du jour commençaient à peine à illuminer les environs.
« Faux » pris les devants, et amena la belle aux alentours du manoir qu’elle avait connu par le passé.
 
_Alors nous y sommes, lança-t-elle une fois qu’il eut arrêté sa terrifiante monture d’un simple geste.
 
Il devrait probablement s’empresser de rentrer le soleil ne tarderait pas à apparaître, scintillant de mille feu à l’horizon.


Revenir en haut
Cronose
Lycans

Hors ligne

Inscrit le: 17 Déc 2009
Messages: 68

MessagePosté le: Jeu 8 Juil - 17:42 (2010)
Sujet du message: La couronne des neufs
Répondre en citant

Une fois Cendre en vue, Faux ne put s’empêcher de jubiler. Le visage dissimulé sous une étoffe sombre, personne n’aurait put distinguer ses expressions et quand bien même n’aurait-il pas revêtu sa capuche sinistre, difficile de distinguer les émotions d’un crâne figé dans un sourire démentiel.
Quand ils parvinrent au manoir des neufs, toujours aussi bardé par la garnison, Faux se contorsionna pour observer Anna avant de l’inviter à entrer d’un hochement de tête.  Devant l’entrée se tenait six gardiens semblables aux précédents : dépourvu de visage n’ayant qu’une bouche sur une tête d’ébène aussi lisse qu’une pierre taillée.  Un glyphe phosphorescent maculant ce qui devait être le front de ces créatures.
Quand Faux s’approcha, les six démons s’inclinèrent aussi bas que possible, comme des mandiants s’étalant au pied de leur sauveur. Sans y prêter attention, Faux s’engouffra dans le hall d’entrée accompagné de l’élémentaire.
Il se tourna enfin dans sa direction.


-Nous allons directement rencontrer les neufs, ils jugeront votre mérite pour vous désigner une place dans l’organisation. Si vous prenez le poste de Cronose, vous ne risqueriez pas de vous ennuyer. Le bougre avait une suite de luxe spacieuse et gagnait des primes exorbitantes. Un peu trop de chance pour une mortelle comme vous !

Il évita d’entrer dans un débat et lui tourna le dos afin de la guider jusqu’aux maîtres des lieux.  Parvenant au seuil encadrant une énorme porte en chêne, il frappa par trois bref coups à la porte avant d’entrer dans la pièce en tirant la jeune femme par le bras.
Face à eux se trouvaient  cinq membres des neufs. Faux n’avait jamais vraiment découvert qui détenait l’autorité du Conseil mais le concerné devait être le plus puissant d’entre eux.  Malgré les rumeurs qui circulaient, personne n’était en mesure de découvrir les plans du Conseil et d’en connaître la tête dirigeante.

Un homme infecté d’un pustule sur la joue gauche prit la parole. Il encra ses yeux sombres sous la capuche de Faux.

-En voilà une surprise, un légendaire Parias qui me ramène satisfaction ! On dit de toi que tu as décimé le régiment de Valenbourg, un seul homme contre deux cents miliciens armé d’harnoix ! Eh bien , quel potentiel…

Il prit une rasade de vin dans sa coupe en or incrustée de rubis, ensuite, il devint bien plus sérieux. Ses sourcils blancs et épais évoquèrent la réflexion.

-Alors, j’imagine que tu n’es pas venu ici les mains vide…

Faux ricana derrière sa capuche. Ensuite, il fouilla le sac ceinturé à sa taille. Il en sortit la tête de Sirus Norson qu’il balança d’un geste nonchalant au milieu de la table du Conseil.  Devant ce geste désinvolte, aucun manifesta sa désapprobation, comme si c’était leur lot quotidien.  En revanche, un sourire esquissait quelques sourires.
Le vieil homme au pustule reprit la parole, apparemment satisfait.

-Excellent, vous avez parfaitement remplit la mission que nous avions conféré à Cronose Heart. Pourtant, aucune prime ne vous attendait, pourquoi avoir pris cette initiative ?

Faux pivota en direction de Anna qui écarquillait les yeux, comprenant à présent que son sinistre voyageur n’avait fait que la mener en bateau. Sans perdre un instant, Faux immobilisa la jeune femme en la plaquant face au sol.

- Peut-on savoir ce que signifie cette mise en scène ? Questionna un autre membre de l’organisation. Celui-ci ressemblait à un homme gras si ce n’est que d’étranges tâches verdâtres recouvraient  son épiderme.

-C’est simple, tout d’abord je vous ramène cette jeune femme car elle était le mercenaire le plus assigné de Sirus Norson. De ce fait, vous pouvez fouiller sa tête pour découvrir des informations qui vous auraient échappé. En échange, je désire prendre part au conseil et profiter des privilèges des neufs.

Le vieil homme évalua ce marché avant de lui répondre.

-Il est impossible de répondre à votre requête. Personne ne peut remplacer un membre des neufs nous sommes liés par un pacte qui n’est plus négociable. En revanche et en guise de remerciement nous pouvons vous recruter et vous laisser  la suite de Cronose Heart.

-Ne vous foutez pas de moi ! gronda Faux, la suite de Cronose me revient de droit c’était une évidence puisque j’ai rempli sa mission. Mais je vous ai ramené un bonus qui ne va pas sans récompense.

Cette fois, c’est un être couvert d’une capuche qui prit la parole. Le timbre de sa voix rappelait un semblant de frénésie.

-Très bien… Nous allons faire de vous notre premier mercenaire vous aurez la plus belle suite et vous aurez une autorité supérieure. Les seuls qui pourront vous remettre en question c’est nous et nos exigences. Vous pourrez circuler  dans les lieux privés du manoir encore à l’exception de quelques pièces. Est-ce que ça vous convient ?

Faux eut un rire de gorge. « C’est parfait. »

Il releva Anna tout en lui portant un poignard sous la gorge.

-Faite ce que bon vous semble de cette vermine ! » Conclut-il avant de projeter la jeune femme d’un coup de pied dans les reins.
Dés qu’elle fut libérée, l’un des membres des neufs déploya un bras dans sa direction qui neutralisa le moindre de ses mouvements. Il s’agissait de l’être encapuchonné. Son atout, Faux le connaissait, étant de maîtriser la télékinésie. Une créature dangereuse qu’il fallait éviter comme la peste.

-Très bien, nous allons découvrir ce qu’elle sait sur son ancien maître et ce qu’il complotait. Ensuite, nous lui effacerons les souvenirs de sa venue en ces lieux et nous l’inviterons à rejoindre nos rangs si elle peut se montrer utile et sans pitié. » Fit le vieil homme dont le pouvoir étant justement de sonder l’esprit des gens.

Pendant que Faux quitta la salle de réunion, arborant une démarche triomphante, le vieil homme fit sombrer la jeune femme dans un sommeil profond.
Lorsqu’elle reprit connaissance, ce fut au sous-sol, au cœur d’une cellule sombre et froide…


Revenir en haut
Anna
Privé

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 34

MessagePosté le: Lun 12 Juil - 17:53 (2010)
Sujet du message: La couronne des neufs
Répondre en citant

Les cachots de l’organisation abritaient maintenant une nouveau pentionnaire. En effet la jeune élémentaire se retrouva cloitrée en quatre murs dans un espace minuscule à l’aspect délabré , après la sournoise entourloupe que lui avait tendue son compagnon de route. D’ailleurs ce dernier ne devait surement pas se préoccuper du sort de la jeune femme à l’heure qu’il est mais plutôt savourer avec exaltations ses nouveaux avantages et sa récente opulence.
Ses yeux, de leurs gris azurés,  s’ouvrèrent dans l’obscurité qui jetait un voile sur sa cellure. L’atmosphère lui paraissait humide et froide, ce qui n’était pas un désavantage pour la détentrice de la glace. Nulle lueur d’un quelconque artifice n’éclairait les lieux et malgré sa bonne acuité visuelle elle ne distinguait que peu d’éléments à savoir les barreaux de sa nouvelle demeure et les pierres formant maladroitement les murs, alors recouvertes de gouttelettes ruisselantes. Anna ressentit un mal de crâne éprouvant, ses souvenirs lui paraissaient assez vagues, quelques flash seulement s’imiscaient dans ses sombres pensées de temps à autre. Ses dagues et son amulette lui avaient été rétirées. Un long moment passa jusqu’à ce que tout lui revienne et que ses idées soient alors clairs, et la vaine idée de s’échapper de sa prison lui avait à peine effleuré l’esprit se sachant entre les mains du conseil des neufs. Son ennuie et son désespoir s’accentuaient au fil de ses longues heures qui défilaient lentement. Même les rats n’osaient pas lui rendre visite, sans doute par crainte des lieux. Pourtant une lueur d’espoir jaillit en elle quand elle perçus au loin du sombre couloir la douce flamme d’une torche embrasée, accompagnée de deux sombres silhouettes. Elle finissait par recevoir une visite, de mauvaise augure certes, comme elle s’en doutait, mais cela lui permettrait d’en  apprendre plus sur son triste sort.

_Voici donc notre captive, tu ne ressembles à rien de commun jeune créature, mais dans peu de temps j’en saurait bien plus sur toi…

Il marqua une pause la sondant de haut en bas. La belle était adossée une jambe répliée sur le mur du fond, se dressant sur ses fines jambes et vétue de son capuchon masquant ses bras croisés sur son abdomen. Elle paraissait presque braver l’individu par son attitude désinvolte,  ses yeux étaient masquées par l’obscurité de son capuchon et sa tête dirigée vers le sol, elle ne chercha pas à regarder au devant sachant ce qui pourrait l’attendre.

Cette voix ne lui étant pas inconnue, elle fit immédiatement le lien avec un des membres du conseil

_Néanmoins je ne te conseille pas de continuer à m’ignorer ainsi tu pourrais fortement le regretter, j’espère au moins que tu sais ou tu te trouves.

Un silence s’en suivit, elle prit son temps pour répondre

_J’en ai conscience, membre du conseil. L’élémentaire releva la tête lentement et aperçu devant elle l’homme à la pustule, son visage afficha une expression de dégout à la vue de celle-ci, puis elle reprit. Mais permettez-moi de blasphémer quelques paroles à votre encontre, je déteste être privée de ma liberté. Alors faites ce que vous avez à faire.

Lança-t-elle sèchement, elle savait pertinemment que cela lui couterait. L’homme ricana quelques peu, puis s’approcha des barreaux.

_Et bien je vois que le respect n’est pas dans vos compétences, malheureusement pour vous. C’est d’ailleurs maladroit de votre part au vu de votre position. Vous êtes comme vous l’avez si bien remarquez malgré votre médiocre intelligence, enfermée dans une cellule de la demeure du conseil des neufs. Je vais devoir vous apprendre quelques règles, jeune effrontée.

Anna se moquait bien de lui au fond elle, mais mieux valait pour la jeune femme de se taire. Ces paroles prononcées, l’homme sembla commencer une méditation. Elle s’interrogea quelques secondes puis senti que quelque chose se passait dans son esprit. Une vive douleur la saisit àl’arrière de son crâne, elle tomba durement sur les genoux se tenant la tête dans les mains. Un hurlement de douleur résonna dans les échos de la prison, son tortionnaire souriait perfidementà la vue de ce spectacle.

_Cessez cela... je vous en pris, gémit-t-elle.

_HAHA, et ceci n’est qu’un petit aperçu de mes pouvoirs. Si je suis membre de ce conseil ce n’est pas pour rien. Maintenant passons aux choses sérieuses, voyons voir ce que tu peux m’apprendre sur ce bon vieux Sirus, et si tu nous servira à autre chose que de nourriture pour démon, qui ont une furieuse envie de te dévorer…

La douleur diminua quelque peu, mais la belle ressentie comme une présence étrangère dans son esprit une voix lointaine fouillant les moindres parcelles de ses souvenirs, elle revit en quelques secondes des flash de ses affrontements, ces passages ses Sirus, ou même Cronose et le perfide Faux.
La douleur finit par s’atténuer, mais l’impression qu’une éternité s’était écoulé lui lassait un amer souvenir de cette expérience.

_Satisfait ?  cracha-t-elle avec rage.

_Je vois que cette arrogance est présente avec tout être… Néanmoins je vous remercie pour ces précieuses informations… élémentaire de glace. Un immense sourrire apparu sur sa large bouche dévoilant des dents dont la propreté était douteuse. Voilà une recrue qui différerait bien de tous ce qu’on a pu voir jusqu’à maintenant, mais votre loyauté me semble ébranlable selon la situation, nous jugerons à notre guise de votre sort.

Il allait partir d’un pas rapide, quand se relevant Anna l’arrêta.

_Attendez,  les alternatives qui me sont offertes, quelles sont elles ? s’enquérit la jeune femme.

_La mort comme je vous l’ai dis ou rejoindre notre rang après un petit nettoyage de votre mémoire.

_Hum… si vous prenez ça m’ira… l’ami.

_Mais je suis septique au vue de votre arrogance, Sirus semblait ne pas l’appréciser non plus et pourtant au cours de ces années vous n’avez pas changé… nous verrons cela.

Il laissa la belle, seule à sa réflexion.  On ne prit pas la peine de lui offrir la moindre victuailles durant les deux jours qui s’en suivirent. Enfin alors que la faim la tirraillait, une silhouette s’approcha de sa cellule dans l’obscurité, la porte de son cachot s’ouvrit dans un grincement sourd et une voix lointaine glissa dans ses pensées :

« Vous pouvez joindre nos rangs ou alors connaitre un funeste destin, que choisissez-vous ? »

« Vous connaissez déjà ma réponse »

Puis elle sortit en toute hâte négligeant la perte de ses forces et sa faim. Ses jambes la soulevèrent mais la jeune femme fut vivement arrêté comme si tous ses membres furent figés, elle se sentit soulevé puis une force irrésistible l’attira vers la sombre silhouette aperçu plus tôt. Un individu, vétu d'une sombre robe et d'un capuchon, se tenait à ses côtés, le bras droit tendu devant lui. Sa main semblait faire quelques signes dans l'obscurité.
La jeune femme survolait alors le sol de quelques pieds et la crainte se lisait sur son visage. L'être, au visage dissimulé, la fit sombrer dans un lourd sommeil.




Revenir en haut
Cronose
Lycans

Hors ligne

Inscrit le: 17 Déc 2009
Messages: 68

MessagePosté le: Mar 20 Juil - 01:00 (2010)
Sujet du message: La couronne des neufs
Répondre en citant

Faux profitait déjà de ses quelques nouveaux privilèges. Attablé devant l’âtre sertit de dorures, il sirotait un délicieux breuvage proposé uniquement aux invités de hautes importances. Malgré le confort dans lequel il subsistait, l’ennuie l’accablait. Il scruta longuement sa faux, le reflet de son effroyable apparence lui témoignait un certain désir. Il ne pouvait patienter davantage, des vies tomberaient ce soir ou la frénésie l’emporterait dans les ombres. Il souleva son imposante silhouette pour rejoindre le couloir, guettant quelques denrées qui calmeraient ses pulsions du soir. Approchant un mercenaire de bas étage, logeant sans la moindre classe au rez-de-chaussée, il l’interpella d’un touché à l’épaule. L’homme musculeux se retourna, portant la main au ceinturon où trônait une hache de bataille.

-Bon réflexe que vous avez là, malheureusement trop lent pour vous défendre ! » Menaça Faux avant d’empoigner l’homme à la gorge. D’une simple pression, il le propulsa dans la chambre. Celui-ci fit un roulé boulé avant de retomber sur ses pieds en dégainant sa hache de guerre. Pendant ce laps de temps, Faux se trouvait à portée de souffle, neutralisant sa cible en brandissant sa faucheuse d’âme. Dés que le coup tomba, l’homme ne put réagir, ne serait-ce que pour parer l’attaque. Dans une éclaboussure écarlate, il extirpa son dernier soupir, condamné à mourir cruellement. La chambre se remplissait d’un lit d’hémoglobine tandis qu’on frappait à la porte. Lorsque Faux préparait l’assaut pour sa deuxième victime, une voix lui traversa l’esprit.

-Si j’étais vous, je ne ferais pas ça…

Il devina aussitôt que l’individu se trouvant au seuil d’entrée n’était autre que le vieux du Conseil : Abraham Nockiell. Mais alors que sa main frôla la poignée, la voix reprit de plus belle.


-Votre erreur sera toléré une fois, mais continuer votre grabuge et nous serons contraint de vous condamner. D’ailleurs nous avons de quoi vous occuper, un privilège pour être précis. Retournez là où gisait Cronose et scruter l’obscurité… Vous découvrirez que vous n’êtes pas obligé d’être un prisonnier…


-Pourquoi retournerais-je en ce lieu sachant que j’ai recouvré ma liberté ?


-Je vous parle d’une vraie libération, d’une enveloppe charnelle qui vous serait propre. 


Faux ricana.

-C’est complètement grotesque !

-Ah oui et pourquoi le serais-ce ?

-Je n’ai jamais vraiment existé, il est impossible qu’un tel phénomène puisse survenir.

-Vous semblez ignorer que la magie peut se montrer sans limite, on en découvre chaque jour…

-Vous n’êtes pas sérieux ?

Le vieil homme émit un rire curieux avant de lui répondre.

-Faite ce qu’on vous demande et vous jouirez d’une liberté complète. Vous ne dépendrez plus d’un sujet !

-Mais pourquoi m’offrir une telle opportunité, vous avez une idée derrière la tête, avouez-le !

-Bien sûr, nous servons toujours notre intérêt sinon pourquoi vous récompenser ? Ce que nous voulons, c’est faire de vous une entité matérielle qui ne manquera plus à l’appel.

-Je comprends… Dans ce cas, c’est avec le plus grand plaisir que j’accepte votre requête !

Faux ne put s’empêcher de jubiler, pour la première fois de son existence, il allait profiter de ce qu’il n’aurait même pas pu espérer. Sans attendre, il ouvrit la porte à la volée et s’éclipsa…

***

-On dirait bien que vous êtes de retour, on vous croyait mort! » fit l’homme à capuchon, qui caressait le front de la jeune élémentaire.

Un homme bâtit encadrait la porte, il approcha de la jeune femme avant de récupérer les affaires qui lui revenaient de droit.

-Ce n’est sûrement pas cette misérable vermine qui m’aurait vaincu, vous le savez parfaitement. Si j’ai subi des blessures qui ont pu paraître mortelles, c’est uniquement parce que je luttais contre un autre adversaire bien plus contraignant.

-Nous sommes déjà tous au courant. C’est un problème résolu. En attendant, profitez de votre suite, nos gardiens guiderons la jeune femme jusqu’à votre chambre où vous pourrez l’informer de son premier objectif.

-Très bien, je l’attendrai. L’effet de surprise risque fortement de la saisir, faite moi le plaisir de ne rien lui révéler me concernant.

-C’est une évidence même ! fit le télékinésiste.

-Sur ce, je vais patienter dans ma suite, après une pareille mésaventure, rien de mieux qu’un peu de repos.

-Faite donc, elle se réveillera dans très peu de temps, je vous l’enverrai comme convenu.


L’homme encadrant la porte salua son supérieur avant de quitter les lieux.
Dans ses appartements, il sortit sa pipe qui avait traîné tout ce temps dans le sac de la jeune femme. Lorsqu’il tira sa première bouffarde, il ne put s’empêcher d’expirer un soupir de soulagement.


-Toi, ma petite herbe au diable… tu m’avais manqué ! »


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:03 (2018)
Sujet du message: La couronne des neufs

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Entrez dans la légende. Index du Forum -> Rakash -> Les contrées éloignées Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4  >
Page 3 sur 4

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
GW Alliance theme by Daniel of Gaming Exe
Traduction par : phpBB-fr.com