Connexion
La date/heure actuelle est Ven 21 Sep - 06:45 (2018)
Voir les messages sans réponses
Vestige du passé
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Entrez dans la légende. Index du Forum -> Rakash -> La ville
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Cronose
Lycans

Hors ligne

Inscrit le: 17 Déc 2009
Messages: 68

MessagePosté le: Mer 29 Déc - 16:58 (2010)
Sujet du message: Vestige du passé
Répondre en citant

Les taupes le pointaient du doigt et bien évidemment, il détestait cela. Elles lui témoignaient un intérêt douteux, éveillant ses doutes et autres soupçons. A son grand bonheur, un renard se jeta sur l’un d’entre eux et l’écrabouilla. Le renard vacillait mais lui au moins paraissait aussi sobre que lui. Les vilaines taupes grognèrent pour finalement balancer un filet dans sa direction. Pris au piège par la mousse et les racines entremêlées, il ne put esquiver l’enchevêtrement. Mais le renard, poussa un grondement pour finalement se jeter sur une taupe, lui lacérant le visage. Malgré sa force et son courage, il fut submergé par le nombre et disparut dans une masse en furie. Quand enfin la foule se libéra, il ne restait plus qu’une carcasse jonchant la surface morte de la lisière. Etrangement, le filet ne semblait plus en mesure de contenir l’affreux bourré car ses bras gonflaient tout en arborant une toison noire de jais. Il déchira le piège et fit subir le même traitement aux taupes. Ses bras griffus parvenaient à décapiter ses adversaires d’une simple gifle mais quelques carreaux d’arbalètes saupoudrées d’un poison somnifère vinrent à bout de sa férocité.


Le réveil fut pour le moins douloureux. Une migraine martelait ses tempes tandis que la veille lui paraissait lointaine et brumeuse. Il relevait ses paupières pour contempler une minuscule cellule lui permettant d’effectuer trois pas au maximum. Frottant ses yeux d’une couche de terre et de poussière, il libéra sa vue de l’extérieur des barreaux. Nihila se trouvait dans la cage d’en face et semblait encore profondément endormie. Allonger sur de la paille, elle partagerait bientôt le réveil désastreux qu’il supportait en ce moment même. Maux de ventre à l’horizon, l’alcool l’avertissait de son abus et l’incitait à régurgiter ce qui demeurait dans son estomac. La faim grondait mais l’acidité de l’alcool lui permettait de supporter son mal et il patientait jusqu’à s’en tourner les pouces en tremblant du pied par stresse. Rongeant un ongle, il consulta le moindre détail de sa cage. Le béton coulé, les cylindres de 3,54 centimètres, la contre-pression solidifiée par le mortier, la texture murale, carrelée ainsi que le plafonnage glacé.  Son inspection terminé, il consulta la vampire qui émergeait d’une profonde rêverie.


-Je me suis dis la même chose, fit-il en inspectant ses sourcils froncés, Le plus troublant c’est de se dire qu’on est dans les geôles de Lituaille, je les reconnais…


Il conserva le silence un instant, pour finalement le briser dans un soupir d’agacement.


-Si je te dis qu'il faut s'évader, ça ne te rappel rien ? Fit-il en songeant au passé, remontant à l'une de leurs premières rencontres.

Ce n’était pas difficile pour eux de deviner les fautifs d’une situation aussi délicate.


-Les marchands se sont bien foutus de nous les salauds ! On sort d’ici et on leur colle une raclée en grappillant deux montures. Se promit-il, rageusement.


- J’n’aurais pas du sortir mes champignons en même temps que de l’herbe au diable et de l’eau-de-vie. On a un peu dépassé les limites... 


Il se redressa pour saisir les barreaux et calculer leurs résistances. Visiblement ce n’était pas de la cacaille mais il parviendrait à en venir à bout s’il disposait de suffisamment de temps. Deux jours suffiraient amplement mais est-ce que l’exécution aurait lieu avant ? Il fit part de cette info à Nihila au moment ou un bruit de porte l’interrompit. Deux gardes approchaient…


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 29 Déc - 16:58 (2010)
Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Jadis
Vampires

Hors ligne

Inscrit le: 18 Déc 2009
Messages: 26

MessagePosté le: Lun 3 Jan - 19:08 (2011)
Sujet du message: Vestige du passé
Répondre en citant

    Jadis avait abandonné la réalité dans un tourbillon d'évènements qui s'entremêlaient dans le flou d'une autre dimension, elle la retrouvait tant bien que mal dans plus mauvais état encore. Hier, son esprit était flottant dans les hautes sphères, aujourd'hui, son corps s'écrasait sous l'attraction terrestre. Elle se sentait molle et pâteuse. Mais ça pouvait être pire, elle aurait pu se trouver dans un trou sans armes, de nouveau, et avec une montagne d'ennuis dans un avenir très proche, genre une exécution, ou deux. Ah ? Bon, ben effectivement, pire que ça, c'était difficilement réalisable. Mais, petite réjouissance, elle n'était pas seule. Elle s'aidait des barreaux de sa cage pour se redresser, elle aperçut Cronose, toujours fidèle à son habitude de se faire embarquer dans des histoires abracadabrantes. S'en était désespérant. Ils étaient désespérants. Son regard vide parcourut la cellule d'en face, bâtie sous les mêmes consignes que la sienne. Putain, mais où avaient-ils encore atterri ?


    Je me suis dis la même chose. Le plus troublant c’est de se dire qu’on est dans les geôles de Lituaille, je les reconnais…


    Quoi ? Lituaille ? Non, ce n'était pas possible. S'être entretués en public, être tombé au milieu des bonnes soeurs, avoir fait un gros carnage sur la place principale à visage découvert tout en faisant s'évader un condamné à mort, tout ça pour enfin sauter dans un puis et manquer de se faire dévorer par des criquer géant sans oublier ces mecs en pyjama ! Tout ça pour quoi ? Se faire embarquer par des mongoles avec des ailes cheloues pendant que lui courait après un dinosaure, pour finalement arriver à l'endroit exacte où ils avaient marqué un départ ? C'était plus une histoire abracadabrante à ce stade. Le lycan semblait aussi contrariée qu'elle.

    Si je te dis qu'il faut s'évader, ça ne te rappel rien ?

    Des signaux électriques agitèrent ses neurones confortablement installés dans une stagnation vaporeuse jusqu'à forcer sa mémoire à l'épisode évoqué. Ca y est sa lucidité reprenait le dessus.

    Cette fois-ci, à ton tour d'être convié à l'orgie d'un régiment de soudards général inclus bien évidemment ! Fit-elle avec un air légèrement sadique et amusé. Elle redevint sérieuse. Mais ici c'est autre chose... On est pas dans un château, y a des yeux partout. Et c'est pas des petites gens qu'on a aux fesses c'est presque toute la Côte Des Epées ! Et on n'est pas parti de si tôt...

    Les marchands se sont bien foutus de nous les salauds ! On sort d’ici et on leur colle une raclée en grappillant deux montures.

    Tu rêves ! Si t'as cru que j'allais me contenter d'un bourriquet ! Tout ce qui m'intéressera. Bon okay, y a pas grand chose, mais de toutes façons, les morts n'ont plus besoin de rien, pas vrai ? M'enfin, c'est plus une perche qu'on a tendu, c'est un pont, carrément.

    J’n’aurais pas du sortir mes champignons en même temps que de l’herbe au diable et de l’eau-de-vie. On a un peu dépassé les limites...

    Un peu ?

    Cherchant les failles de leur prison, Cronose finit par conclure qu'il pourrait en venir à bout. Malheureusement, le temps jouait et comme il le fit remarquer, ce n'était pas jouable si l'exécution venait à être fixée avant deux jours. Deux geôliers arrivèrent, traînant les pieds. Pas question de se retaper l'évasion du condamner, non, non, non. Alors, prenant le ton d'un conversation qui battait son plein, accoudée aux barreaux, le regard vers son alliés, elle enchaîna naturellement.

    A toi tout seul, tu les battrais ? Je mettrais plutôt ma main au feu qu'un seul de ces gars t'écrases n'importe quand et à mains nues! Y a pas photo, t'as vu leur gabarie, franchement tu fais pas le poids ! Puis cette histoire de loup-garou, non mais franchement, tu veux que je te dises ? Ca tient tout simplement pas la route ! Et puis faut vraiment être idiot pour croire à ça... Franchement... Mi-homme, mi-bête... N'importe quoi ! La vérité, c'est qu'ils ont tous été lâches et pour justifiés leur bavure et leur manque de qualification, ils ont inventé cette histoire. Mais ces deux gars sont pas des lâches... Enfin, je crois pas... Dites, les gars, vous en pensez quoi ?? fit-elle innocemment.


Revenir en haut
Cronose
Lycans

Hors ligne

Inscrit le: 17 Déc 2009
Messages: 68

MessagePosté le: Mer 19 Jan - 14:47 (2011)
Sujet du message: Vestige du passé
Répondre en citant

On peut dire que Nihila savait s’y prendre pour provoquer les soudards, surtout les grands gaillards ayant gonflé leurs muscles et appauvris leurs neurones. Les gardes prirent la provocation comme un défi, transformant la situation critique des deux prisonniers en aubaine.
Ils se consultèrent un instant pour finalement railler d’une légitime conviction.
 

-Ma grande tu vas regretter amèrement ton choix ! Ton rigolo on va le mettre en pièce en un rien de temps, ça t’apprendra à ouvrir trop rapidement ton claque-merde !
 

Comme deux pauvres abrutis, ils ouvrirent la cage et pour marquer davantage leur prise de force, Cronose laissa venir le premier coup, violentant sa mâchoire dans un craquement douloureux. Mais il était trop tard pour les deux gardiens car Nihila brisa la nuque du premier qui lui tournait le dos. Un misogyne ayant oublié qu’une femme pouvait s’avérer mortelle. Le lycan profita de l’occasion pour parer un deuxième coup de poing pour finalement décrocher à son adversaire, un épouvantable coup de tête. L’arête du nez se brisa, baignant le visage du rustre d’une giclée vermeille.
Il profita de son état atrophié pour saisir son crâne à deux mains et acheva son opposant de deux coups de genou dans la panse. Le gardien rugissait au sol tandis que le lycan, par sureté, lui rompit la nuque.
Enfin libre, Cronose ne pouvait qu’admirer l’initiative de sa complice.
 

-On peut dire que tu sais y faire avec les hommes… Quand je pense que même moi je suis tombé dans le panneau à notre première rencontre !
 

Quittant la prison, il emporta la tunique d’un gardien pour camoufler ses allures de fugitif. Revenant à la réserve, ils retrouvèrent leur équipement.
 

-Ca commence à m’énerver, Lituaille ce n’est pas ma tasse de thé et en plus on est revenu à la case départ. Cette fois, hors de question d’emprunter le puits on va s’infiltrer pour atteindre une entrée. Avec nos uniformes de geôlier, ça devrait faire l’affaire !
 

Ils parvinrent à l’entrée ouest menant au quai. Cronose consulta la jeune femme pour finalement l’interpeller à nouveau.
 

-Je crois que l’embarcation clandestine c’est notre meilleur chance. Si on passe par les remparts on va requiert notre identité et ça risque d’être compromettant. T’en pense quoi ?
 

Pendant qu’elle lui donnait son point de vue, il scrutait les navires encore à bon port. Le Dépeceur, paraissait un choix judicieux. Il devait empester la peau de bête et le cuir mais au moins, avec une flotte de marchands, ils ne risquaient pas grand-chose pour atteindre l’enceinte du bâtiment…


Revenir en haut
Jadis
Vampires

Hors ligne

Inscrit le: 18 Déc 2009
Messages: 26

MessagePosté le: Jeu 20 Jan - 16:40 (2011)
Sujet du message: Vestige du passé
Répondre en citant

    Les deux babouins furent neutralisés en moins de temps qu'il n'en avait fallu pour les provoquer.

    J'imagine que ça doit être la pire des insultes pour un homme de remettre en cause sa virilité...

    Cronose décida de revêtir la tenue d'un gardien, laissant émettre l'hypothèse qu'elle devrait en faire autant. C'est alors qu'une question existentielle tourmenta la vampire tandis que son regard escaladait furtivement le dos nu de son compagnon entrain de se changer... Est-ce que ça ne paraîtrait pas un peu louche, une femme aux cheveux rouges déguisée en geôlier ? Non ça serait carrément suspect... Le lycan avait fini de se rhabiller et il ne nota pas l'uniforme encore sur l'autre gardien, peut-être trop pressé de récupérer son équipement dans la réserve. La jeune femme se garda bien de poser une interrogation là dessus, une autre idée trottait déjà dans sa tête.

    Ca commence à m’énerver, Lituaille ce n’est pas ma tasse de thé et en plus on est revenu à la case départ. Cette fois, hors de question d’emprunter le puit on va s’infiltrer pour atteindre une entrée. Avec nos uniformes de geôlier, ça devrait faire l’affaire !

    Avec TON uniforme... T'as vraiment cru que j'allais mettre ça discret et que personne nous grillerait ? En voyant l'air curieux de son interlocuteur pris de cours, elle rajouta. Non, on va réaliser un de tes fantasmes ; je serai ta prisonnière. Et puis avec un peu d'imagination, toi et Denver, vous aller sûrement trouver une bonne excuse à m'emmener où tu veux. Fit-elle un peu moqueuse. Réarmée, elle avait une tenue un peu plus discrète doté d'une capuche. Ca serait amplement suffisant à cacher sa chevelure et surtout à devenir peu repérable dans la masse.

    Je pense qu'on sera pas si clandestin que ça... Pourquoi on refuserait à un garde l'accès à une embarcation ? Surtout si tu dois escorter la femme du général chez sa cousine par alliance jusqu'au port voisin dans la discrétion la plus absolue et dans l'anonymat total en prenant une quelconque chaloupe. Ca ou n'importe quoi d'autre ! Quitte à te payer la honte dans ces fringues, autant utiliser le peu d'avantages qu'elles offrent, tu crois pas ?


Revenir en haut
Cronose
Lycans

Hors ligne

Inscrit le: 17 Déc 2009
Messages: 68

MessagePosté le: Sam 22 Jan - 16:06 (2011)
Sujet du message: Vestige du passé
Répondre en citant

Cronose avouait son manque d’inspiration lorsque Nihila lui fit part d’un plan plus ingénieux. Sans même le remarquer, il glissa ses prunelles dans son décolleté pendant qu’elle s’expliquait. Lorsqu’enfin, il retrouva ses yeux perçant d’un vert étincelant. Elle lui jeta un sourire partagé entre l’envie de le cogner et l’amusement.


-Toi comme étant ma prisonnière, comment t’as su que c’était un fantasme ? lui rétorqua-t-il en ne manquant pas d’émettre un grondement de satisfaction.


Sur le quai, elle ne partageait vraisemblablement pas son avis et lui fit part d’un fait évident. Pourquoi empêcherait ont un garde d’embarquer sur un navire quelconque ? Surtout avec des accoutrements aussi ridicule, il fallait bien en profiter au moins un peu.


-Oui, t’as parfaitement raison. En plus, cette brute écervelée m’a laissé un généreux cadeau dans cette tunique de bouffon… De la sueur sous les aisselles…. Même toi tu refoules Nihila !


Elle le percuta à l’épaule d’un violent coup de poing avant qu’il ne bronche d’un grognement. Quand enfin, il guida la jeune femme face à lui, pour renforcer la crédibilité de cette soi-disant escorte.
Cronose opta pour un voilier relativement simple mais qui permettrait de voguer à certaine vitesse. Ils grimpèrent dans le bâtiment, ne manquant pas après quelques minutes, d’éjecter l’équipage restreint, par-dessus bord.


-Bon, dés qu’on rejoint un bout de côte, on se dirigera vers le fleuve, on à l’odeur d’un chameau en grippe. Pour une femme, t’as pas l’air si incommodé par la puanteur, t’es vraiment pas normal à y repenser.


Pour une raison qu’il ignorait, il prenait plaisir à l’embêter. Les regards meurtriers qu’elle lui échangeait lui mettait presque du baume au cœur. Il ne fallut que très peu de temps pour parvenir à une plage rocheuse, obligeant les deux complices à grimper un monticule terreux qui les ramènerait à la surface. Poursuivant leur route, défiant une plaine verdoyante pour ensuite traverser des marécages et aboutissant dans une forêt luxuriante. Sur le chemin, Cronose évoquait des souvenirs passés avec Nihila, relevant leurs multiples confrontations ainsi que leurs délires de beuverie. Il conserva le silence, lorsqu’il put percevoir l’écoulement d’une source d’eau.


-Je connais le coin, on approche du fleuve. De là, il y a moyen de rejoindre la sylve de l’erreur où on pourra rencontrer Raziel.


Une cascade sifflait tandis qu’une clairière leur donnait un plan de vue magnifique. Les roches se débattaient à la surface tandis que les grands conifères transformaient ce petit paradis en lieu privé et intime. C’est presque empressé qu’il ôtait sa tenue, ne conservant qu’un pantalon en patchwork. L’instant suivant et il plongeait dans le bonheur. La crasse qui le maculait s’évaporait en même temps qu’il remontait à la surface. Sans attendre son avis, il empoignait la cheville de la vampire pour l’emporter sous l’eau. Par l’effet de surprise, elle poussa un petit cri rageur. Moqueur, il subit à son tour, elle se jeta sur ses épaules pour le couler et comme deux gamins infernaux, ils se débâtèrent pendant plusieurs minutes. En vérité, il ne c’était plus amusé comme ça depuis longtemps, la guerre et les privations neutralisaient les petits plaisirs de la vie. Son trop plein de sérieux accumulé ces dernières années, se volatilisa en un éclair.


-J’avais besoin décompresser ! Non mais t’as remarqué comme je devenais fade ?


Il nagea jusqu'à se retrouver sous la chute d’eau, la profondeur s’immobilisait à mi-cuisse. Nettoyant son corps, il inspecta son buste, complètement jonché par des cicatrices diverses et variées. La plus effroyable, étant une entaille l’ayant traversé de la poitrine à la hanche. Un coup de lame en argent lui ôtant presque l’existence. Quand Nihila s’approcha, il remarqua plusieurs estafilades sur sa peau diaphane.


-On dirait que la guerre nous à faits quelques signatures, pour nous rappeler nos erreurs passées… J’ignorais que tu conservais des marques de morsures… Un lycan t’a mordu avant que… Raziel te frappe ?


Il inspectait ses bras, puisqu’on son corps étaient couverts par des bandes de tissus, enrobant son intimité. La morsure se démarquait par une différence de teinte.  Mais dans sa contemplation, il redécouvrait la jeune femme. Revoir Nihila, les cheveux trempés, le visage dégagé avec la grâce de sa silhouette féline, lui provoquait une attirance vulnérable. Sous cette apparence, elle révélait la part qu’elle dissimulait depuis toujours en elle, le charme de ses traits ainsi qu’une part délicate, provoquant en lui, un désir enfoui depuis trop longtemps. La dévorant des yeux, il ne réalisait pas le rouge qui lui grimpait aux joues…


Revenir en haut
Jadis
Vampires

Hors ligne

Inscrit le: 18 Déc 2009
Messages: 26

MessagePosté le: Dim 23 Jan - 14:23 (2011)
Sujet du message: Vestige du passé
Répondre en citant



    Dernière édition par Jadis le Jeu 3 Mar - 10:06 (2011); édité 1 fois
    Revenir en haut
    Cronose
    Lycans

    Hors ligne

    Inscrit le: 17 Déc 2009
    Messages: 68

    MessagePosté le: Ven 28 Jan - 03:36 (2011)
    Sujet du message: Vestige du passé
    Répondre en citant

    La chaleur embrasait son enveloppe, éveillant l’animal somnolant. Lorsque ses mains lui ôtèrent la ceinture, il demeura subjugué par sa beauté. N’avait-il pas de nombreuses fois été attiré par cette femme ? Par sa toison rubis, ses yeux clairs émeraude et son teint opalin. Cette exception de la nature, indomptable et fière… Elle parvenait à lui, plongeant son regard avide dans ses prunelles grises.
     

    La luxure est un très vilain pécher mon cher....
     

    Il pouvait à présent sentir son souffle chaud, tandis que ses lèvres gagnaient les siennes. Elle l’incita à succomber en susurrant ces mots :  « Tu seras châtié. »
     

    Un sourire étirait ses traits tandis qu’il s’emparait d’un baiser. Passionnel, ses mains glissèrent autour de sa taille. Sa poitrine effleurait son torse tandis qu’il savourait la douceur de ses lèvres. Mais dans l’empressement, il l’enlaça, pour toutes ses années de séparation, tout ce temps en ne pensant la revoir un jour et pour toutes ses longues nuits sanglantes sans astre à l’horizon.
     

    -Tu m’as manqué… fit-il gravement, avant d’ajouter une note d’humour. Petite vampire..
     

    Sa main caressait son visage tandis qu’il se noyait dans son regard. L’autre main parcourait son dos, joueuse dans ses mouvements habiles. Il récupéra un second baiser, plus langoureux, sa langue cajolant la sienne. Son ardeur grimpait à l’instar d’un afflux de sang gonflant son intimité. Réaction physique lui neutralisant toutes retenues. Ses doigts glissèrent jusqu’à sa poitrine. Saillante, il pressa doucement la zone sensible, éveillant le désir de sa complice. Echangeant plusieurs étreintes, ses lèvres approchèrent son cou, y déposant de multiples baisés. Il put sentir une main agripper le sommet de sa toison, tandis que son bras coulissait sous son ventre, à la recherche de l’arche perdue… (Bon ok elle est nulle, mais ça m’a traversé l’esprit xD)
     

    Lui extirpant un gémissement, ses dents s’enfonçaient dans la chair de son cou, pendant qu’il récupérait le breuvage sanguinolent. Elle en fit de même, bien que ses canines témoignaient d’une plus conséquente pression. Le désir alléguant le charnel, son index glissa sur une paroi souple et tendre. Il contempla l’accent de ses lèvres, se prolongeant dans un sourire concupiscent.
     

    -J’ai envie de toi… lui souffla-t-il, le timbre alangui par l’appétence.


    Revenir en haut
    Jadis
    Vampires

    Hors ligne

    Inscrit le: 18 Déc 2009
    Messages: 26

    MessagePosté le: Sam 29 Jan - 17:26 (2011)
    Sujet du message: Vestige du passé
    Répondre en citant



      Dernière édition par Jadis le Jeu 3 Mar - 10:05 (2011); édité 1 fois
      Revenir en haut
      Cronose
      Lycans

      Hors ligne

      Inscrit le: 17 Déc 2009
      Messages: 68

      MessagePosté le: Sam 29 Jan - 23:30 (2011)
      Sujet du message: Vestige du passé
      Répondre en citant

      Elle provoque l’animal, saisissant à pleine main le membre au garde-à-vous. La pression de son afflux de sang lui projette une vague de désir, tandis qu’il passe une main sur ses courbes huileuses. Elle parvient à le rendre haletant et enflamme son désir en prenant le temps de faire les choses. Le contact de sa peau, la tiédeur de sa chair redouble ses pulsions et délivre sa fougue. Elle vient quérir un long baiser langoureux, qu’il ne manque pas d’apprécier tandis que son phallus flatte la bordure de ses lèvres. Le lycan n’en peut plus, soufflant un besoin imminent tandis qu’un sourire frétillant traverse les lèvres de son amante. Perché au dessus lui, les bras saillants du guerrier la maintient par les cuisses tandis que sa langue viens gouter la texture de ses seins. Elle ne semble plus pouvoir se contenir et se laisse glisser, le membre s’enfonçant promptement dans le moelleux de son bas ventre. Leur décrochant un râle de bien-être, elle se fait coulisser alors qu’il joint son geste par des coups de bassins irrégulier. Palpant ses fesses, il écarte ses suivantes pour obtenir plus de prise dans ses mouvements. Elle déplace son bassin par quelques impulsions brulantes, tandis qu’il s’enfonce plus profondément, cognant la paroi délimitant l’accès. Il obtient ses gémissements pendant qu’il respire par saccade. Le charnel s’accomplissant avec consistance, elle finit par jouir, suivit par son partenaire. Affermissant sa poigne, il maintient son dernier à coup rigoureusement pour finalement se détendre. Un sourire exulte leurs lèvres, alors qu’elle s’empare d’un baiser suave.
      Lui dévoilant son dos, irrésistiblement sensuelle, elle incline la tète pour lui jeter un regard entiché. Elle gagne le bord du lit, pour remonter à la surface, attrapant sa chemise. Pour ensuite le nargué avec espièglerie.
       

      -Oh non, je vais attraper froid ! Espèce de profiteuse, toutes pareilles les sangsues !
       

      Il entame un bout de nage alangui, bandant ses muscles pour soulever son corps. S’approchant de Nihila, il lui prend ses lèvres à nouveau, caressant tendrement sa silhouette.
       

      -Oh c’est bête…  Je viens de mouiller la chemise ! fit-il, ravi par sa fourberie. Lui enlevant ce bout de tissu, elle lui jette un œil faussement navré tandis qu’il s’allonge dans l’herbe, se sentant épris d’une légèreté lénifiante. Elle le rejoint, pendant qu’il l’emprisonne de ses bras. Sa chevelure humide, dégage son front, révélant davantage la cicatrice verticale qui parsème le dessus de son arcade jusqu'à mi-joue. Il témoigne son affection pour la jeune femme en lui déposant un baiser sur le front. Se recueillant dans une étreinte amoureuse, le sommeil finit par triompher du couple…


      Revenir en haut
      Jadis
      Vampires

      Hors ligne

      Inscrit le: 18 Déc 2009
      Messages: 26

      MessagePosté le: Dim 30 Jan - 10:40 (2011)
      Sujet du message: Vestige du passé
      Répondre en citant



        Dernière édition par Jadis le Jeu 3 Mar - 10:05 (2011); édité 1 fois
        Revenir en haut
        Raziel
        Lycans

        Hors ligne

        Inscrit le: 11 Fév 2011
        Messages: 4

        MessagePosté le: Lun 21 Fév - 02:56 (2011)
        Sujet du message: Vestige du passé
        Répondre en citant

        Le jour se levait sur Noire Frondaison. Une brise tiède vint radoucir l’air, tandis que les premiers rayons de soleil émergeaient la cité de sa léthargie. La gigantesque fourmilière sylvestre s’éveillait doucement aux rythmes des taches quotidiennes ; les marchés s’installaient tant bien que mal dans le dédale des ruelles, on dégageait les derniers soulards à coup de pieds et de balais, tandis que les paysans prenaient le chemin des champs, le regard maussade. Les rues se gonflaient soudainement d’une activité bruyante, alors qu’il fallait batailler avec la foule pour se balader dans les artères principales, évitant quelques bambins pressés au passage.
        La capitale sylvestre était le carrefour commercial et politique de toute la région intérieur de la Sylve, considérée comme neutre pendant la guerre, sa croissance avait explosé lors de celle-ci. Si un seul fief avait prospéré pendant la guerre, c’était bien Noire Frondaison. Profitant du commerce avec tous les protagonistes du conflit, la cité avait accroit ses richesses. Dynamique et demandeuse d’une grande main d’œuvre, la région attira finalement une grande partie des refugiés de la guerre. Si bien que la population se métissait de nombreuses origines et races différentes, l’échange des cultures révolutionnait l’époque, malgré que des quartiers regroupant des mêmes ethnies délimitaient la ville en différents territoires, provoquant quelques tensions. Les animosités et les secrets étaient omniprésents en Noire Frondaison, mais tout le monde aspirait à les mettre de côté, afin de faire fructifier le profit. Ah ça, après trois ans de misère, la populace n’aspirait qu’a vivre tranquillement dans le confort de sa petite chaumière, au bord d’un feu et d’un repas copieux. Et Noire Frondaison était le paradis rêvé pour refaire sa vie. Un parlement démocratique et indépendant assurait des lois justes, propices au commerce, tandis que la milice arbitrait cette justice sans compassion, au grand dam des voleurs. Même l’influence Lucian ne franchissait pas les murs de la cité, en tout cas pas encore…
         
        La porte de la taverne du Lycan Brasseur claqua violemment. Un petit homme entra aussitôt d’un pas ferme et assuré. Son visage était rond, bouffi et repoussant, tandis que sa grasse corpulence témoignait de sa bonne position. Sans aucune forme de politesse, il déboula dans l’enceinte, enjambant le vacarme de la nuitée. Personne n’avait pris la peine de nettoyer et cela l’enrageait. L’établissement nocturne dormait encore profondément, les tables étaient parsemées de choppes vides, le parquet luisant d’alcool accrochait les bottes, alors qu’une forte odeur d’ivresse imprégnait la pièce. Deux soulards décuvaient à même le sol, tandis que des débris, résultats d’une bagarre, encombraient un coin de la taverne.
        Le petit homme du nom de Duris, devint rouge écarlate devant ce spectacle, il grogna et pesta d’une manière grotesque, avant de s’écrier de sa voie sifflante :

          - Cylia ! Darell ! Venez ici tout de suite !

         
        Sa voie résonna fortement, mais aucune réponse ne lui parvint. Il tapa du pied, impatient, puis se mit à tambouriner le bar avec sa Canne.
        Duris aurait pu réveiller toute la rue, jusqu’à ce qu’un gémissement contrarié, provenant de l’étage, mette fin au vacarme. Une voie féminine poussa un cri approbateur et Cylia déboula dans le bar quelques minutes plus tard. C’était une jeune et charmante femme. Ses longs cheveux châtains étaient grossièrement coiffés en un chignon, elle portait une veste de couleur sombre, surmontant sa courte robe de nuit, et affichait une humeur maussade. Elle dévisagea férocement le petit grassouillet avant de s’écrier :
         
        -          Qu’est ce qu’il y a encore ?!


        -          Ah te voila ! Ou est Darell ?


        -          Il doit dormir ! il est encore très tôt Monsieur Duris on a travaillé tard NOUS hier soir.


        -          Je n’en ai que faire, va le chercher et fait le ménage. Je vais m’installer dans mon bureau pour faire les comptes de la soirée. Les paris ont été bons et juteux, et je vois que la taverne a bien marché grâce à cela.
         
        Cylia poussa un juron. Duris était un patron odieux, mais ses paies généreuses tombaient tous les mois, ses activités illégales dans les paris ou la contrebande lui assurant une grande influence. Elle ne prendrait pas le risque de perdre ce juteux travail.
        Darell débarqua à son tour, il s’agissait en fait de Raziel, sous la fausse identité de Darell Leidmar. Voila bientôt cinq mois qu’il s’était extirpé des geôles de Norann et son apparence n’avait alors plus rien à voir. Il avait retrouvé des couleurs, affichant un teint halé par le soleil, ainsi que de l’énergie et du poids. De dures journées de labeurs entretenaient dorénavant sa musculature. Et bien que sa carrure ne puisse rivaliser avec jadis, elle imposait le respect, ainsi que la crainte par ses diverses cicatrices de bataille. Il avait aussi retrouvé le plaisir de la coquetterie et de la séduction, ses cheveux jais étaient coupés plutôt courts sur les côtés et taillés en une tignasse ébouriffée sur le dessus, lui attribuant une fière allure d’officier Leidmar. Une barbe finement rasé recouvrait les contours de sa puissante mâchoire de lycan, tandis que ses épais sourcils trônaient avec charme sur son ardent regard gris. D’onéreux vêtements de cuirs et de belles bottes de grande manufacture affirmaient sa stature, et bien que les traits de son visage aient muris, il trouvait ces quelques rides plaisantes.
         
        -     Qu’arrive-t-il donc sieur Duris ?
         
        -          Ah ce n’est pas trop tôt. Qu’est ce que c’est que ce bordel ? Tu étais donc saoul pour laisser perpétrer un tel désordre ?
         
        Raziel grinça des dents, en temps normal il aurait dévissé la tête d’un homme lui parlant sur ce ton. Mais Duris l’aidait à se faire un nom dans la ville. Profitant de  l’influence du bookmaker, il étendait ses propres liens sous l’identité de Darell, gagnait un salaire honorable et dormait au chaud. En échange il devait seulement se soumettre aux désirs de son employeur, comme un parfait homme de main. Une comédie tout à fait rentable. Plaquant un sourire sur ses joues il déclara :
         
        -          Ne vous inquiétez pas ce n’est rien, Cylia a l’habitude, dans quelques heures tout sera propre.


        -          Bon j’aurais besoin que tu t’occupe de récupérer mes commandes chez le grossiste. Ensuite il faudra qu’on s’occupe de ce rat de Guérin qui me doit un paquet d’argent. Cette fiotte se terre comme un lâche !!!!
         
        Le Lugar avait honte pour le petit grassouillet, car quand il parlait de « on », il parlait de Raziel bien entendu, sa corpulence faisant de lui un bretteur pitoyable. Apres ce cafard osait traiter son rival de fiotte, c’en était risible, Raziel se demandait vraiment comment un moucheron comme Duris avait pu prospérer sans lui.
         
        -          Je m’en occupe à partir d’aujourd’hui. Je trouverais surement des renseignements sur sa cachette dans les tavernes des basfonds. Pour ce qui est du grossiste j’y vais de ce pas. S’exclama-t-il
         
        Apres un petit clin d’œil en direction de Cylia, qui partageait son mépris vis-à-vis de leur patron, Raziel s’éclipsa dans la ruelle. Le Lycan Brasseur se situait dans le quartier Canian, au sud de la ville. Le quartier était réputé pour ses artisans de qualité, mais aussi pour ses nombreuses activités nocturnes comme la prostitution et le jeu. Le dédale complexe des rues ainsi que sa surpopulation en faisait un refuge de renom pour Raziel, qui ne craignait pas l’investigation Lucian. Ses pas l’avaient menés en Noire Frondaison pour plusieurs raison ; Premièrement, étant resté enfermé durant une grande partie de la guerre, il ignorait totalement quelles familles avaient survécus, ici il gardait espoir de retrouver une vieille amitié de passage. Ensuite, la cité représentait la seule terre libre du joug Lucian, alors en plus de ne pas subir l’omniprésence de ces couards, la ville serait surement leur prochain coup d’état. L’ego meurtrit des Lucian ne supportant pas longtemps d’être étranger à la grandeur de la perle Noire, des explosions de violence se déclencheraient bien assez vite. Le Lugar ne souhaitait qu’être présent ce jour la, afin de leur mettre des bâtons dans les roues. En attendant il filait à bon train sa nouvelle existence.
         
        Raziel parvint finalement à destination, ayant une petite pensée pour Cronose, il passa la porte de l’échoppe du Heart Sanglant, contrebandier et grossiste de renom…


        Revenir en haut
        Cronose
        Lycans

        Hors ligne

        Inscrit le: 17 Déc 2009
        Messages: 68

        MessagePosté le: Mer 23 Fév - 13:14 (2011)
        Sujet du message: Vestige du passé
        Répondre en citant

        Le réveil fut plutôt agréable, partagé par le confort d’un corps froid, propre au vampire. A contradiction, Nihila était une source de chaleur malgré ses antécédents et l’intimité qu’il partageait avec elle lui fournissait une certaine forme de félicité. Elle lui ramenait son matériel, ne manquant pas de s’équiper avant de reprendre la route. Sur le trajet, il pista son retour en Noire Frondaison. Ils étaient à trois jours de marche et devaient traverser une partie de la sylve pour atteindre le lieu-dit. C’était un repère croissant, zone stratégique devenue une ville abondante en affaire et peuplés de divers ethnies et cultures lycanthropes. Pour Cronose, ce lieu représentait sa dernière famille et il demeura sceptique à l’idée d’y emmener sa bien-aimée.
         

        -On arrive en territoire lycanthrope, tu ferais mieux d’éviter de te faire remarquer, ils n’apprécient pas les gens de ton espèce, mais ma présence suffira à les calmer, je l’espère….
         

        Ils poursuivirent pour camper à la lisière d’une clairière. Cet endroit luxuriant dissimulait la résistance, les Lucians ignorant sûrement encore l’existence de Noire Frondaison. Cronose songeait à Raziel. Nihila désireuse de mener à bien sa vengeance réaliserait bien rapidement qu’elle n’en aurait guère l’opportunité. Nimbé de lycans ainsi que d’autres espèces, elle devrait s’abstenir et profiterait de la discussion pour adoucir son jugement. Enfin, c’est évidemment ce que prétendait le prédécesseur du clan Heart. Car en effet, il était important pour eux de conserver un minimum de respect pour ce qu’ils étaient. De sorte, Cronose était une recrue apprécié du territoire, fils de Raizen et général de guerre, il représentait l’une des fiertés lycanthropes, survivant invétéré de la guerre. C’était non seulement un leader mais également une voix  et un chef du conseil lycanthrope. A l’époque, le conseil abritait les chefs des différents clans. C’était presque encore le cas mais des différences se marquaient avec le temps. Certains dirigeants furent terrassé par l’empire Narkann.  Ceux-ci  cédèrent la place à leur progéniture où au plus méritant. Le conseil abritait de nouvelles personnes et des objectifs différents. Mêlant le commerce à la guerre, l’innovation marqua à jamais le monde des lycans. Nihila ignorait l’importance de Cronose au sein de sa constitution, elle l’avait toujours vu comme étant le loup solitaire, à part de sa meute. Tout comme Raziel, il évitait ses responsabilités mais la guerre les avaient obligés à les respecter, permettant par ailleurs, de les décorés d’une médaille d’honneur, symbolique et autoritaire.
         

        Deux jours de plus s’écoulèrent et l’enceinte de Noire Frondaison s’offrait à eux. La milice locale empêcha l’accès à Nihila mais Cronose parvint à les convaincre, les surpassant par son influence et son pouvoir. Gagnant un secteur fortement occupé de la ville, il parvint aux portes du Lycan Brasseur. Cronose tomba sur Duris, cet homme était sûrement en mesure de lui fournir le fruit de ses recherches. Après quelques brèves présentations et prises de contact, il entama sa question.
         

         

        -Tu sais où je peux trouver Raziel ?
         

        Duris lui indiqua le grossiste mais le temps d’arriver et le Lugar ne serait peut-être déjà plus sur les lieux. Il préféra l’attendre dans la brasserie. Evidemment Duris accepta, deux clients de plus dans sa journée fructueuse n’allait sûrement pas doucher sa bonne humeur. Payant la somme de quelques breuvages. Il savoura la mixture, après plusieurs jours de voyages, c’était assez reposant de se retrouver dans une taverne.
         

        -Ca fait du bien de boire une pinte sans être traqué par des mercenaires ou la milice locale. Lituaille commençait sérieusement à me sortir du cul… fit-il joyeusement, profitant du répit pour bourré sa pipe d’une drogue très difficile à obtenir, l’herbe du diable. Il tira quelques bouffardes avant de tendre son récipient à sa compagne.
         

        -Tu vas pouvoir régler tes comptes, mais j’espère qu’ils se limiteront aux verbal, sinon tu m’obligeras à intervenir…


        Revenir en haut
        Jadis
        Vampires

        Hors ligne

        Inscrit le: 18 Déc 2009
        Messages: 26

        MessagePosté le: Ven 25 Fév - 22:25 (2011)
        Sujet du message: Vestige du passé
        Répondre en citant

          « Noire Frondaison », voilà quelle était leur destination. De ce qu'elle connaissait du nom, Jadis ne se réjouissait pas vraiment. Ca faisait parti des régions qu'elle n'avait pas particulièrement tenue à visiter à son arrivée. Il leur avait fallu trois jours de marche pour rejoindre la ville commerciale. Elle allait devoir faire preuve de toute sa détermination pour faire profile bas, mais elle si c'était là le seul moyen de parvenir à ses fins, alors oui, elle écraserait son orgueil pour mieux jouir de sa vengeance. Une ébullition générale de plans et d'informations qui fourmillaient pour ne rien laisser au hasard. Plus que se contrôler, il faudrait la jouer toute en finesse.

          On arrive en territoire lycanthrope, tu ferais mieux d’éviter de te faire remarquer, ils n’apprécient pas les gens de ton espèce, mais ma présence suffira à les calmer, je l’espère….

          Je suppose que si ça ne suffit pas, nous ferons comme d'habitude.

          Tabasser, fuir. Voilà ce que c'était d'habitude. Mais cet endroit n'avait rien de d'habitude. Et même si elle avait tendance à voir Cronose comme un indépendant, elle redoutait ce qu'il pourrait advenir si elle se retrouvait seule contre tous, et lui a choisir entre les siens ou elle. Le fait qu'elle soit ici n'était pas une bonne chose, et si le Lycan pensait que sa présence améliorer leur chance de passer inaperçu, elle était persuadée du contraire. Aussi prévoyait-elle de s'éclipser à la première occasion faisant d'une pierre deux coups, elle serait certaine de ne pas l'avoir en travers de son chemin, comme elle s'assurait qu'il reste à l'écart de l'agitation qu'elle provoquerait. Et l'occasion se faisait de plus en plus palpable. Installés dans la taverne attendant l'arriver de Raziel, une idée sournoise caressait l'esprit machiavélique de la vampire. Connaissant son compagnon et son affection pour les 'pauses défonces', elle comptait le provoquer une nouvelle fois à coup de rhum. L'ennui, c'est que ce plan à double tranchant risquait de la prendre à son propre jeu...


          Ca fait du bien de boire une pinte sans être traqué par des mercenaires ou la milice locale. Lituaille commençait sérieusement à me sortir du cul…


          Voilà, la machine était lancée sans même qu'elle n'aie eu à le pousser. Il commençait déjà à fumer son herbe douteuse. Il aurait été d'autant plus douteux que elle, Nihila, refuse cette opportunité qu'il lui tendait. Masquant sa réticence, elle prit l'objet pour en extirper les vapeurs bleu sans trop insister non plus, préférant commander un autre verre.


          Tu vas pouvoir régler tes comptes, mais j’espère qu’ils se limiteront au verbal, sinon tu m’obligeras à intervenir…


          * C'est ça, compte là-dessus... *



          Je sais être civilisée quand je le veux, tu sais. Suggéra-t-elle en souriant avant d'avaler une gorgée de bière. Elle avait aussi envisagé la méthode lourde : l'assommer sans prévenir. Mais l'idée ne lui plaisait pas trop et semblait plus un dernier recours. Il s'agissait de feindre l'accalmie de manière convaincante. Cronose répliqua sur ton mi-taquin qu'il avait constaté sa civilité et qu'elle laissait à désirer.


          Faut-il que nous parlions de la manière dont tu te tiens si bien après quelques verres...?


          Et comme un lycan tient toujours l'alcool qu'il ingurgite, et qu'il tient à le prouver, ils étaient presque repartis dans leur occupation favorite quand leur animosité renversa un vers sur la jeune femme. Elle décida d'aller au toilette passer à l'eau cette bière odorante qui finirait par coller. Arriver aux sanitaires Jadis se précipita vers les latrines pour se faire vomir. Il ne faisait pas bon d'envisager un duel quand l'alcool menacer de faire perdre le contrôle. Elle alla boire au lavabo pour faire passer le goût de la bile et rincer son visage. Elle resta quelques minutes devant le miroir sale qui lui renvoyait le reflet d'une personne aussi amère que le goût qui persistait au fond de sa gorge. Elle s'enfonçait dans sa folie mais le pire n'était pas encore là. Le pire était plutôt qu'elle s'apprêtait à mettre de côté tout ce qu'il lui restait pour assouvir une pulsion destructrice qui n'avait ni présent, ni avenir et qu'elle en était conscience. Ce qu'elle avait mis trois ans à reconstruire et à stabiliser avait été annihilé en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, en une apparition et un seul geste. La raison qui avait motivée ce geste n'était pas vraiment ce qui la motivait à engager un duel, il s'agissait plus d'un prétexte pour camoufler son échec cuisant. Elle était ici, dans la gueule du loup dans tous les sens du terme. Au milieu de ces lycans, elle avait peu de chances de s'en sortir, mais il en fallait plus que ça pour laisser passer une occasion pareil de tuer tuer celui qui avait fait tomber l'Empire des Canïtides en lui tendant un piège. Elle avait l'impression qu'en l'emmenant ici, Cronose voulait gagner du temps, si ça se trouvait, Raziel était loin, bien loin d'ici. Elle ne croyait pas à son arrivée subite dans cet taverne, pas plus qu'elle ne croyait en la loyauté du duel qui lui avait valu cette cicatrice. Cette attaque subite d'une demi douzaine de lycanthropes, et comme par hasard son arrivé. Non. Accoudée au lavabo, elle fit disparaître sa rage quand la porte s'ouvrit. Cronose apparut d'un pas relativement équilibré, une chope plein à la main.


          Naann mais c'est esseptionnel...fit-elle en se tournant vers lui, vacillante, un grand sourire aux lèvres. Elle trébucha pour se raccrocher à lui. Tu m'as soulée pour abuser de moi.


          Le talent de comédien commun à nombre de vampire trouvait bien souvent sa limite dans l'exagération. Mais elle n'avait pas le temps de peaufiner ces petits détails qui rendaient réalistes les dédales tordues de sa manipulation. D'ailleurs le lycan affichait une mine étrange. Trop tard, quelque chose avait dû la trahir, son inhabituelle réaction après si peu de pintes, ou le fait que la trace de bière n'ait toujours pas été nettoyée. Profitant de sa confusion pour saisir la surprise, elle lui envoya un direct dans l'estomac qui lui coupa le souffle. Elle allait enchaîner avec un droit mais il la devança en lui saisissant le poignet.


          Bordel mais qu'est-ce qui te prends encore !


          Désolée, tu ne me laisses pas le choix !


          Il faillit recevoir le classique coup dans les valseuses. Trop classique. D'ailleurs il la connaissait trop bien pour ne pas l'anticiper en opposant sa jambe. La tentative d'attaque avait suffit à détourner son attention vers ses jambes, elle tira d'un coup sec pour dégager son poignet avant de rassembler ses deux poings en une massues qu'elle abattit de toutes ses forces sur sa tempe. Il s'écroula sous le regard coupable de la jeune femme. Elle l'avait prévenu. Et il n'aurait jamais dû prendre à la légère ses paroles. Ce n'était pas dans son caractère de dire des choses dans le vent.


          ... Je peux pas te laisser dans mes pattes, cette histoire n'a rien à voir avec toi... poursuivit-elle sans lâcher des yeux. Il fallait agir vite, dans quelques minutes il serait de nouveau sur pieds et elle ne pouvait pas espérer pire situation. Il fallait qu'elle se mette tout de suite sur les traces de Raziel et surtout, il fallait qu'elle le tue avant que Cronose ne la retrouve. Ou qu'elle se fasse tuer. Elle revint au pas de course dans la grande salle et s'apprêtait à sortir quand la porte s'ouvrit. L'individu qui prenait place dans l'encadrement de la porte la figea sur place d'une foule de ressentiments qui ne tardèrent pas à faire jaillir ses lames.


          TOI !! gronda-t-elle entre ses dents. Et oui, il était venu, il était là. Au final, ce n'était peut-être pas dans les plans de son compagnon de leur faire perdre du temps. Mais elle ne s'en souciait guère, elle ne souciait de rien. Cette fois, plus rien ne la retenait, du moins, pour le moment. Avec toute la stupidité et l'arrogance de sa jeunesse, elle se jeta dans le combat laissant de côté la prudence pour faire exploser sa colère. Epées brandies, elle plongea sur Raziel en point d'atterrissage la pointe de ses armes dans le torse de l'ennemi. Elle pouvait faire exploser toute sa folie quitte à en crever car à ses yeux dans ce corps qui s'apprêtait à subir un duel se tenait plus qu'un adversaire de race, de conflits, l'incarnation de ses échecs personnels les plus violents et les plus douloureux, et en d'autre termes, il serait le parfait exutoire de l'amertume qui la bouffait et de l'absence de sens qu'avait pris son existence.


        Revenir en haut
        Raziel
        Lycans

        Hors ligne

        Inscrit le: 11 Fév 2011
        Messages: 4

        MessagePosté le: Jeu 3 Mar - 16:57 (2011)
        Sujet du message: Vestige du passé
        Répondre en citant

        Raziel s’aventurait sans crainte dans les dédales de Noire Frondaison. Il venait tout juste d’effectuer une grosse commande au grossiste Heart pour le compte de Duris, puis il vagabonda un peu dans les coins malfamés de la ville, profitant de son influence et de son charisme afin de collecter des informations sur le créancier de son patron. En vain bien sur, les lycans de la cité n’étaient guère bavards quand il s’agissait de dénoncer un compère. Muets comme des tombes, seul un crochet dans les dents aurait pu délier leurs langues. Mais Raziel ne désirait pas aller aussi loin pour le compte d’un petit grassouillet. Il valait mieux pour lui d’être bien vu de la populace, cela s’avérerait bénéfique pour s’implanter dans les affaires de la cité.
        Il pénétra finalement dans sa taverne avec assurance, tout en sifflotant un petit air Lugar. Il s’apprêtait à lancer une pique amicale à Cylia, comme à leur habitude, mais ses sens alertèrent aussitôt son esprit. Quelque chose ne tournait pas rond dans son petit univers, il pouvait le deviner nettement grâce a l’effluve des sensations qui lui parvinrent. L’odeur de Cronose imprégnait la taverne, tandis que celle de la vampire, dénuée d’arome et de saveur ; caractéristique de sa race. Ne lui était pas inconnue. Cylia et Duris se tenaient bien à l’écart, le patron tremblait des jambes et ne possédait pas le courage d’intervenir. Tandis que la jeune aubergiste préférait rester loin des ennuis. Elle lança un regard d’incompréhension à Raziel, néanmoins elle avait confiance en son ami pour gérer la situation. Le Lugar reconnut aussitôt la chef de clan vampire qui avait soudoyé le cœur de son cousin durant la guerre et faillit détruire à tout jamais l’honneur des Heart par cet acte. Raziel était alors intervenu pour une très bonne raison, cet imbécile de Cronose avait osé mettre en péril la légitimité de son clan, ainsi que ceux des clans Lugar et Leidmar, ayant conclu une alliance très proche avec les Heart.
        Incapable de se reprendre en main et fou d’amour, Cronose ne possédait pas, à l’époque, un mental assez fort pour mettre fin à cette relation.
        Raziel s’en était chargé, à contrecœur bien sur, mais il le fallait ; Il élimina la jeune femme tel un parasite gênant, camoufla le meurtre sous l’horreur de la guerre et n’en parla jamais à son cousin qui pu enfin reprendre les intérêts de son clan en main.  Pourtant jamais il n’aurait imaginé que la vampire puisse survivre. En la voyant se ruer sur lui ; les armes brandies et le regard en feu, il sut de suite que ce combat représentait une vengeance personnelle, une vengeance ayant couvée de longues années, empoisonnant la vie de la jeune femme tel une tumeur qui ne s’arête jamais de grandir. Cette situation fut l’effet d’un miroir pour Raziel, il crut se voir dans sa jeunesse, lorsque seule la mort de Vadim hantait ses rêves, et cette vision le dégoutât au plus haut point. Ressemblait-il à cela aussi auparavant ? Avec ce même désespoir dans les yeux et cette même détermination imprégnée de haine. Il eut de la peine pour la jeune femme durant un court moment d’empathie, mais en aucun cas il ne prit cette agression à la légère. Bien au contraire, un combat à mort s’engageait et son instinct de survie prit aussitôt le relais. Jadis se jetait sur lui avec une arrogance irritante, aveuglée par sa folie  croyait-elle peut-être affronter un vulgaire Lucian ?
        Raziel prit appui sur sa jambe gauche et lui décocha un puissant coup de pied chassé dans l’estomac. Le coup perfora complètement la garde inexistante de la vampire et lui stoppa net son mouvement d’attaque. Elle fut repoussée en arrière, le souffle coupé par le choc.
         
        -          Pour qui me prends-tu ? Si tu souhaites me tuer bas toi correctement au moins. Ironisa Raziel
         
        La pique fit mouche et Jadis se rua une seconde fois au combat, sans avoir appris la leçon. Sa lame siffla et faillit trancher la chaire du Lycan. Mais il esquiva rapidement sur le côté, profitant du déséquilibre de la vampire, il contra dans le sillage de son mouvement. Il écrasa alors violement son poing sur la mâchoire de Jadis, avant de lui décocher un puissant coup de genou dans les côtes. Elle décolla du sol et s’écrasa sur la table juste derrière. Elle venait le défier sur son terrain, le combat au corps à corps, le Lugar était donc honoré de lui montrer ce qu’il savait faire. Ses sens surdéveloppés, qu’il aiguisait depuis de longues années à la manière des Reikgar, lui permettaient d’être un génie du combat ; en ayant une analyse bien plus poussée des mouvements adverses. Néanmoins il tenait sa plus grande force de son expérience et de l’entrainement. La vampire ne manquait pas de qualité, mais elle sous-estimait grandement le Lugar pour l’attaquer ainsi de front et cela l’agaça.
         
        -          Pourquoi veut-tu à ce point me tuer ? Tu n’es pas capable de comprendre mon geste ? Désormais la guerre est finit et je n’ai plus aucune raison d’empêcher ta relation avec Cronose. C’est lui qui t’a emmené ici et je doute qu’il veuille que l’on s’entre-tue.
         
        A vrai dire, Raziel espérait gagner du temps, afin que Cronose intervienne. Mais ces quelques phrases n’eurent aucun effets sur Jadis, pas plus que les coups portés juste avant. Elle se releva aussitôt et fit preuve de la même combativité qu’auparavant, elle n’abandonnerait pas pour si peu… Poussant un soupir de gâchis, Raziel dégaina alors son sabre Leidmar de son fourreau. En fixant le regard de braise de la vampire, il put lire la détermination habitant la vampire, il comprit aussitôt que seule la mort d’un des deux pourrait clore le chapitre. Il empoigna fermement son arme et changea donc d’expression. Ses yeux gris se fixèrent sur sa proie, ses instincts de loups prirent le relais, tuer pour survivre, sa prochaine attaque viserait les points vitaux de son adversaire…


        Revenir en haut
        Cronose
        Lycans

        Hors ligne

        Inscrit le: 17 Déc 2009
        Messages: 68

        MessagePosté le: Mar 8 Mar - 15:38 (2011)
        Sujet du message: Vestige du passé
        Répondre en citant

        Voilà qu’ils enchainaient les bières, Cronose espérait que cette activité enivrante parviendrait à doucher l’aversion de Nihila. Elle désirait se venger, il l’a connaissait assez bien pour le savoir. Mais peut-être que l’eau-de-vie rendrait sa compagne plus… pacifiste… Après quelques pintes, il commençait à sentir les effets de l’alcool tandis que leur confusion les emmena dans les tréfonds d’une maladresse distinguée. Renversant de la bière sur ses vêtements, elle quitta la table pour atteindre les sanitaires. Cronose acheva la mixture embrasant sa pipe avant de la rejoindre. Dés qu’il fut dans sa portée, une bière trônant fièrement dans la main droite, elle vacilla pour finalement choir sur lui.


        -Tu m'as soulée pour abuser de moi.


        Il gloussa, enchanté par l’idée qu’elle venait de lui véhiculer. Glissant une main à la base de ses reins, il glissa ses prunelles vitreuses dans les siennes.


        -Tu lis dans les pensées… Viens là coquine..  fit-il lorsqu’il perçu la souillure d’houblon qui aurait pu être nettoyé depuis un moment. Perplexe, il n’eut guère le temps d’y réfléchir qu’elle lui administra un violent coup de poing dans l’estomac. Interloqué, il para un deuxième coup avant de lui saisir les poignets.


        - Bordel mais qu'est-ce qui te prends encore ! Ragea-t-il, épris par l’incompréhension.


        - Désolée, tu ne me laisses pas le choix !


        Pensant qu’elle jouait, il esquiva l’attaque des roubignoles et alors qu’il s’attendait à une nouvelle taquinerie, elle lui projeta ses deux poignets dans les tempes. Eh merde, songea-t-il avant de s’écrouler au sol, sonné par cette offensive inattendue. Mais feintant l’inconscience, les yeux clos, il put percevoir les raisons de son petit numéro.


        ... Je peux pas te laisser dans mes pattes, cette histoire n'a rien à voir avec toi...


        Alors c’était donc ça, elle n’arrivait pas à digérer son échec face au Lugar ?  En même temps, ce n’était pas vraiment une surprise et au moins cette fois-ci, Cronose pouvait confirmer ses craintes. Il devrait intervenir car ne doutant pas de la puissance de la vampire, elle n’aurait cependant pas l’avantage contre Raziel. Depuis qu’il l’avait libéré des geôles du bastion, le fier guerrier avait sûrement reprit du poil de la bête. Il était agressif, dangereux et c’était un excellent bretteur. S’il avait vaincu la vampire une fois, il était parfaitement en mesure de le refaire. Quittant le sanitaire en douceur, il parvint à guetter la scène et bien qu’il fût en mesure d’intervenir, il ne le fit pas. Se contentant plutôt d’observer l’échange brutal entre les deux antagonistes. Raziel dominait, comme prévu. C’était l’épée de la Tribu, un lycanthrope au sommet d’une hiérarchie. De plus, la haine aveugle de Nihila l’empêchait de voir son inéluctable et futur échec. Cronose laissa venir les premiers coups, peut-être serviraient-ils de leçons pour la vampire. Il en doutait mais elle méritait sa correction. Malgré les sentiments qu’ils lui portaient, son honneur de lycan l’empêchait d’intervenir, pour l’instant. Elle devait assumer son erreur, il l’avait prévenue. En dépit de ses origines, elle n’avait même pas pris la peine de réfléchir. Cronose fut d’ailleurs persuadé que c’est ce qui la perdra un jour, sa fougue et son impatience. Raziel se montrait raisonnable, il dégaina son sabre qu’après plusieurs échanges. Mais cette manœuvre noua l’estomac de son cousin. Nihila allait mourir, c’était une conviction. Alors qu’elle fonça sur son ennemi, Raziel para son attaque avant de la balayer d’un croc-en-jambe. Dominant l’affront depuis le début, elle était déjà au sol pendant qu’il brandissait sa lame. Il comptait lui planter dans le cœur, en guise d’achèvement. Elle n’était plus en mesure d’esquiver mais Cronose traversa d’une foulée les quelques mètres qui le séparaient du combat et d’un même mouvement, dégaina son épée avant d’entrechoquer la lame qui s’abattait follement sur sa compagne. Ne pouvant s’y attendre, Raziel fut désarmé et son sabre fit quelques moulinets avant de s’écraser à trois cheveux de Duris, plantée entre deux bouteilles de vin, sur une étagère. Sitôt, Cronose désarma Nihila et confisqua ses biens.


        -Je t’avais prévenue, tu as de la chance qu’il me faut plus qu’un coup sur la tête pour m’assommer… la sermonna-t-il avant de reporter son regard en direction de Raziel. Ils conservèrent le silence, s’observant mutuellement, lorsqu’-il brisa la glace.


        -Je vois que t’as repris des forces ! Mais je ne pensais quand même pas te trouver ici. Toi, devenu casanier, c’est plutôt étonnant !


        Il proposa son bras à Nihila pour l’aider à se relever lorsqu’il planta son épée à même le parquet. Evidemment, Duris respectait beaucoup trop le descendant direct de la lignée Heart pour protester. Il se contenta d’un grognement et extirpa difficilement le sabre, figé dans le meuble boisée. Pendant ce temps, Cronose prit les devants.


        -Nihila, il faut que tu saches quelque-chose… Si Raziel t’as pris pour cible, c’est uniquement par ma faute… Il voulait que je te chasse et comme je n’ai pas su réagir conformément aux règles de nos clans, il n’a fait que son devoir, pour le bien de la meute. Et si tu conserves de la rancœur, tu peux la diriger en mon sens, car je le savais depuis le début. Mais je te pensais trop têtue pour le comprendre…


        Sans prendre la peine de les consulter, Cronose s’installa sur une banquette. Il n’était pas venu en ces lieux par hasard, ce n’était sûrement pas pour risquer la vie de sa compagne qu’il avait voyagé jusqu’ici. Il avait simplement préféré taire son objectif, tout simplement.


        -Raziel… Il faut que tu saches quelque-chose d’assez important. J’ai consulté les archives, conservées dans l’ancien manoir Canian… Il y a un merdier pas possible qui va nous tomber sur la gueule… fit-il gravement.


        Récupérant sa pipe, il y glissa une mixture rougeoyante avant de l’embrasé à l’aide de silex et d’amorce. Tirant une belle bouffarde, il reprit.


        -Il faut réunir le conseil… Et je ne te parle pas du nouveau Conseil mais bien de l’ancien…. J’ai un secret que seule les vétérans ou descendants directs seront en mesure d’écouter. Les nouveaux marchands et toutes ses conneries, je n’en veux pas dans notre réunion !


        Scrutant un instant Nihila, il guettait ses réactions, espérant qu’elle ne profitera pas d’une prochaine occasion pour se venger. Passant une main sous la table, il récupéra la sienne, pour ne pas qu’elle se sente tenue à l’écart. Mais ce qui traversait l’esprit du lycan dépassait de loin son intérêt personnel.


        -Tu te rappel quand je t’ai dis que nos vieilles traditions étaient révolues ? reprit-il, inspectant les traits de son cousin. Eh bien j'avais tort… Si peu de lycans reste-t-ils, nous sommes condamnés, si on ne se bouge pas rapidement. Il faut reformer la Tribu et les Canian, c’est primordial…


        Analysant l’incompréhension sur les traits de Raziel, il ajouta : « je t’expliquerais tous en détail, mais dés que possible, on doit réunir le conseil d’antan.


        Sur ces derniers mots, il commanda des pintes pour sa tablée. Pour aujourd’hui, il ne savait par où commencer, alors autant décompresser, peut-être pour la dernière fois…


        Revenir en haut
        Contenu Sponsorisé






        MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:45 (2018)
        Sujet du message: Vestige du passé

        Revenir en haut
        Montrer les messages depuis:   
        Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Entrez dans la légende. Index du Forum -> Rakash -> La ville Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
        Aller à la page: <  1, 2, 3, 4  >
        Page 3 sur 4

         
        Sauter vers:  

        Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
        Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
        GW Alliance theme by Daniel of Gaming Exe
        Traduction par : phpBB-fr.com