Connexion
La date/heure actuelle est Ven 21 Sep - 07:10 (2018)
Voir les messages sans réponses
Le commencement d'une future fin

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Entrez dans la légende. Index du Forum -> Rakash -> La ville
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Aera Vali
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 17

MessagePosté le: Mar 15 Déc - 15:32 (2009)
Sujet du message: Le commencement d'une future fin
Répondre en citant

L’astre du jour ceignait la matinée de ses rayons lumineux donnant à l’air une douce chaleur printanière. Le sol de la basse ville, encore suintant d’eau de la pluie tombé la veille, s’était transformé en une boue épaisse et mal odorante. L’atmosphère empestait le fumier et le poisson, tandis que les gens dégageaient des odeurs de divers parfums.
 
La place commerciale était bondée de monde, on pouvait y voir des marchands de poisson, de bétails, de fruits ou encore de légumes. Des artisans hurlaient la splendeur de leurs produits provoquant un brouhaha infatigable. Des diseuses de bonnes aventures jetaient des ossements avec une mise en scène spectaculaire. Des bardes venaient chanter les exploits passés en espérant obtenir quelques piécettes pour se nourrir et se loger. Enfin, on pouvait y voir une chose peu commune dans un endroit pareil. En effet, à l’écart du bruit de la foule on pouvait apercevoir un bouffon. Celui-ci, étrangement, ne faisait pas de cabrioles, de tour de magie ou on ne sait quelles autres âneries ridicules, il narrait simplement une vieille légende et illustrait ses propos à l’aide de marionnettes.
 
- Il y a de cela des milliers d’années, on raconte qu’un homme éteignis le soleil comme une vulgaire bougie et rendit, par cet acte, les nuits interminables.

La marionnette qui représentait l’homme fit mine de souffler sur la bougie qui s’éteignit.


La légende veut qu’il l’eu fait, par amour, pour une vampire.

Une femme, de la taille d’une poupée, se matérialisa du coté opposé à l’homme. Sa ressemblance parfaite avec une vraie femme stupéfia le public.

Avant qu’il ne s’amourache d’elle, il était un homme adulé pour sa brillance, ses biens faits et sa lutte contre les démons.

Du sol en bois de sa petite scène, sortir des créatures effrayantes au réalisme encore une fois époustouflant. Une armée d’homme se rapprocha de la marionnette qui brandit une épée émanant une lumière à brûler les rétines et l’abatis sur les démons. Pourfendant ses ennemis les uns après les autres, l’homme se rapprochait de sa future obsession.

C’est après qu’il eu anéanti le regroupement des êtres maléfiques que son déclin s’enclencha. Il fut hypnotisé par la splendeur de l’être de la nuit et tout aussi rapidement, il en était devenu fou amoureux.

La marionnette tomba à genoux devant la femme et lâcha son arme qui devint soudainement terne.


Le premier acte qui montra son obscurcissement fut l’exécution de sa propre armée.

Un torrent de flamme souffla vers le public et leur arracha des cris de stupeur. Lorsqu’il fut dissipé, la scène se jouant sur le petit théâtre était d’un atroce réalisme et les parents cachèrent les yeux de leurs enfants. Les corps des soldats étaient en feu et les expressions sur leurs visages exprimaient la douleur dans toute sa splendeur. Du sang semblait giclé sur les spectateur tant on n’arrivait plus à différencié si c’était des marionnettes ou bien des êtres miniatures qui se livraient une guerre pour le plaisir d’une foule assoiffée d’horreur.

Son deuxième acte fut d’accepter la venue de vampires dans la cité et d’autoriser leurs participations au pouvoir.

La jeune femme était assise sur un trône et l’homme était genoux devant elle, pour lui montrer son obéissance.

Le troisième et dernier acte était d’avoir lu un livre sur une magie oubliée et profane qui avait pour but d’apprendre à éteindre le soleil.

L’homme était entouré de livres et il avait pour seul éclairage une bougie à moitié morte.

Lorsque vint le jour de l’accomplissement, la femme posa un dernier baiser sur les lèvres de l’homme et celui-ci entama le chant profane. Lorsqu’il eu fini, les ténèbres enveloppèrent le soleil et l’homme fini engloutis dans le néant.

Des tentacules noir enlacèrent la marionnette et la fit s’enfoncé dans la scène jusqu’à ce qu’elle disparaisse.

C’est comme cela que fini la légende de la venue des temps obscurs.
 
Le bouffon s’avança vers les spectateurs qui applaudissaient et fit une révérence exagérée. Pendant ce temps, des gens mirent quelques piécettes dans le pot se trouvant aux pieds du marionnettiste pour récompenser sa narration ou plus probablement sa mise en scène.  


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 15 Déc - 15:32 (2009)
Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Anna
Privé

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 34

MessagePosté le: Mer 16 Déc - 22:56 (2009)
Sujet du message: Le commencement d'une future fin
Répondre en citant

Un souffle haletant, l'écho lointain du martèlement de pas précipités sur le sol imbibé d'eau. Une poursuite se jouait dans les bas fonds de la ville, la course  se jouait entre quatre participants. Cette dernière s'enfonçait dans des dédales de plus en plus sombre, dont une odeur nauséabonde émanait, la pauvreté recouvrait ces lieux. Mais les quatres silhouettes toutes capuchonnées n'avaient guère le temps de s'attarder sur ces simples détails.
La première silhouette ne cessait de perdre du terrain, son avance diminuait, l'épuisement se faisait ressentir, ses mouvements étaient de plus en plus lents, ses jambes semblaient ne plus supporter cette chasse qui n'avait que trop durée
les trois autres se rapprochaient, telles des harpies avides de leurs proies. Les mains de l'une des créatures semblait atteindre lentement le bras la futur victime, jusqu'à la toucher et réussir à lui asséner un vif coup, provoquant une entaille qui vira rapidement au rouge pourpre, jusqu'à laisser écouler abondamment le liquide précieux.

La première forme avait une allure élancée, svelte, vétue d'une cape, elle n'était pourtant pas identifiable. Elle s'essoufflait à vue d'œil, ses assaillants ne faisaient que de se rapprocher, mais sachant qu'elle menait la poursuite, la direction lui était libre. C'est alors qu'au tournant d'une bâtisse d'un style primitif faite d'anciennes pierres, elle fit rapidement demi tour sur elle-même et jeta par la même occasion son long manteau sur le sol.

On pouvait alors découvrir une jeune créature a la peau bleuté, de profonds yeux azur, reflétant une hargne intense et aussi brillant que l'éclatant astre de la nuit ornaient son visage  singulier. Elle portait des lames parfaitement aiguisées et recouvertes de sang séché à sa ceinture. Ses braies étaient quelques peu déchirées par endroits, cet être semblait avoir combattu plus d'une fois.

Sur le qui-vive, elle s'était préparé à lancer une offensive. elle tenta vainement d'atteindre ses 3 adversaire qui ne tardèrent pas à l'encercler, cependant ses coups n'atteignaient pas leur cible. Ils semblaient esquiver aisément ses moindres mouvements, tels des danseurs. Les trois assaillants capuchonnés  en avaient profité pour se rapprocher, ils formaient maintenant un véritable cercle autour de de petit être si impuissant, qui plus est on ne distinguait que peu de chose dans cet endroit sombre.
Les coups jetés dans le vide cessèrent, elle rapprocha avec hâte ses mains de son cou, tandis que les trois hommes dégainaient leurs armes prêt à arriver à leurs fins. ils possédaient tout trois une longue épée longiligne et parfaitement dessinée ornée d'un serpent sculpté sur le glaive. L'un d'entre eux allait alors porter un coup fatal lorsqu'une poudre bleue apparue instantanément dans l'air. Les trois hommes cagoulés étaient entourés d'une épaisse couche de glace étincelante de mille feux. Cette magie contrastait avec l'endroit nauséabonde ou la poursuite s'était finie. On pouvait voir des déchets étalés au sols, des rats détaler à tous va, ou encore de habitations tomber en morceaux. La glace semblait être un joyaux parmis les abysses de la cité.

"
Heureusement qu'il y avait de l'eau.." souffla-t-elle

La frêle créature encore haletante se baissa lentement pour ramasser sa longue cape. elle s'en vêtit, et se servant à nouveau de sa magie, recouvrit sa large plaie par un peu de glace, tout en sachant que cette dernière ne tiendrait que peu de temps. Puis elle disparue au plus vite, espérant ne pas avoir été vue et laissant son œuvre derrière elle sans la moindre signature. Elle erra alors à travers ces couloirs sinueux qu'avaient formé au fil du temps ces monstrueuses architectures. L'endroit semblait de moins en moins fréquentable. Après quelques instants, et ayant repris ses esprits elle déboucha finalement sur une immense place.

Une expression de surprise marqua alors son doux visage, un immense regroupement se tenait là devant ses yeux si particuliers. Une multitude d'individus d'origines et de races diverses, rassemblés pour elle ne sait quelle raison se trouvait droit devant elle. La foule l'inquiétait, son capuchon se retrouva vite sur sa tête, recouvrant le plus possible son minoi. elle redevint alors une furtive silhouette se faufilant à traverscette foule qu'elle semblait craindre. Il se trouvait en ce lieu une certaine agitation, des marchands de toutes sortes envahissaient la place. La demoiselle ne prit pas la peine de s'attarder sur quoique ce soit, elle fuyait ce lieu le plus possible.

Pourtant son regard fut malencontreusement attiré par un étrange évènement. un jeune homme, écarté de tous ce bruit, se donnait lieu à un étrange jeu. Se rapprochant lentement, elle percevait que c'était en réalité un bouffon. Il s'adonnait alors à un spectacle peu ordinaire, narrant une histoire qui n'avait de cesse de l'intéresser. elle ne pouvait entendre clairement de là ou elle était, mais son regard était comme captivé par ces marionnettes, elle était inéluctablement attirée par ce simple spectacle.
Le rapprochement était inévitable, ces pas glissaient sur le sol recouvert d'un faible filet d'eau, l'environnement extérieur était totalement ignoré, aucun son ne parvenait à ses oreilles. Tout n"était que visuel, ses yeux ne pouvait absolument plus se détourner de cette intriguante animation.
C'est alors qu'ayant parcouru la distance les séparant, celà prit fin. Les applaudissement du public la réveillèrent de sa transe, son regarde changea brusquement pour redevenir aussi 'hargneux qu'auparavant, avec une pointe de méfiance.
Elle récompensa la bouffon d'une pièce d'or jeté délicatement dans le pot posé à ses pieds.

"
Charmant spectacle..  " lanca-t-elle.

Après un court instant elle ajouta

"
Comment faites-vous celà?"



Revenir en haut
Jadis
Vampires

Hors ligne

Inscrit le: 18 Déc 2009
Messages: 26

MessagePosté le: Sam 19 Déc - 16:56 (2009)
Sujet du message: Le commencement d'une future fin
Répondre en citant

    …C’est làààà votre problème. C’est pas parce qu’on est plusieurs qu’on est plus fort, non, non, non. Tout est dans la stratégie, on est pas des bêtes, mais des traqueurs. Mais ça, je vous l’avais, je vous l’avais dit ! Et qu’est-ce que vous avez fait ? Vous ne m’avez pas écoutée… C’est un jeu d’enfant, vous avez dit. Et voilàà, où vous en êtes… Dans un glaçon. »

    Accoudée au bloc, elle regardait à travers la glace les trois individus encapuchonnés. Oh, ils n’étaient pas morts, du moins, pas encore. D’ailleurs, ils devaient brûler de rage. Elle tapota ses ongles contre la surface froide et lisse, comme on l’aurait fait à la vitre d’un aquarium. Un sourire cruel étira les lèvres de la jeune femme dévoilant des canines plus longues que la norme. Mais le surprenant n’était pas tant cette dentition, mais plutôt la couleur sanguine de ses iris qui lui donnait un regard vorace. Beaucoup de rumeurs couraient à son sujet. On disait qu’elle était une hybride, mi-vampire, mi-humaine, d’où les canines et les yeux rouges, ou encore une simple albinos aux canines trop développées. Mais, le mystère restait tout de même assez bien entretenu, de par l’énorme rapière qui l’accompagnait tout le temps. Une arme à la finition très dissuasive puisqu’un crâne humain ornait la lame. Tout portait à croire que l’épée portait en elle une magie douteuse. M’enfin, une chose était sûre, malgré qu’elle aie l’apparence d’une jeune personne, Jadis avait une grande expérience des combats ; c’était une mercenaire. Le genre de personnes qu’on achète pour tuer, pour trahir, pour le sal boulot quoi, et dont la morale, s’il y en avait encore une, était si entachée que même ceux qui les employaient s’en méfiaient. D’ailleurs, en ce moment, elle était au repos. Enfin, jusqu’à ce qu’elle trouve quelque chose à faire.
    Un parchemin ceint à la taille de l’un des individus attira son attention. Le ruban bleu marine qui l’entourait indiquait la nature de l’information qu’il contenait, en l’occurrence, un avis de recherche ou une tête mise à prix.


    « Pauvres créatures que vous êtes. Je paris que vous êtes tombé sur votre os, et qu’il n’avait pas autant de chaire que vous croyiez ! Mais laissez, je m’en charge ! »

    Elle brandit son imposante épée et asséna un coup vif. Le bruit de la glace en pleine sublimation laissa s’échapper des volutes de vapeur et … de sang.

    « Désolée, je vous décharge officiellement de votre mission mon chère. »

    Le tronc coupé laissait ses tripes à l’air libre, étalés sur le sol, tandis que des litres de sang se mêlaient à l’eau de pluie qui stagnait depuis la veille. Des relents de chaire brûlée, d’organes ouverts, de sang chaud venaient s’ajouter à l’odeur nauséabonde du fumier et du poisson. A peine dégoûtée, Jadis se pencha sur l’autre partie encore dans le bloc de glace raccroché aux deux autres prisonniers, et retira le parchemin, légèrement rougeâtre, qu’elle déroula. Un portrait avec des notes sur l’aspect physique de la personne en fuite. Une femme, reconnaissable d’entre beaucoup, surtout au milieu d’humain, puisque sa peau était teintée d’un zeste d’exotisme. Pour la modique somme de … houlà, intéressant… Elle roula le parchemin et n’eut qu’à suivre les pas inscrit dans la fange pâteuse. Plus on s’approchait de la ville, plus les traces s’estompaient. Mais, plus besoin de suivre les traces, il y avait trop de d’allées venues dans cette ville pour ne pas se tromper de proie. Un endroit bondé était par un paradoxe très simple, un lieu l’on pouvait se dissimuler assez facilement si l’on était poursuivi… Pour la simple et bonne raison que la masse d’individu étouffante pouvait vous cacher en une demi seconde. Tandis que cette pensée venait à Jadis, la jeune femme s’était dirigée vers la grande place. Ses yeux perçant détaillaient assez rapidement la foule. Un regroupement important semblait intéressé par… Jadis s’approcha lentement en plissant les yeux. … un bouffon ? Hinhin, d’accord. Le spectacle de marionnette venait tout juste de finir qu’une personne s’était avancée sans doute pour parler avec l’homme. Elle laissa voir sa main bleutée lorsqu’elle jeta la pièce. Jadis se sentit comme parcourue de millions de petits courants électrique. Pourtant elle ne bougea pas tout de suite.

    « Jolie teint. »lança-t-elle. Elle était intéressée de voir si la réaction de l’être. La capuche qui couvrait sa tête laissait devinée qu’elle recherchait plutôt la discrétion. Or, Jadis ne comptait pas trop l’aider. Pourquoi ne pas jouer un peu avant de croquer la souris ? « J’en serais presque jalouse si ce teint bleu ne t’exposait pas à ce genre d’avis de recherche.. » pour ponctuer ses mots, elle jeta le parchemin aux pieds de la jeune femme. « ..c’est vrai que t’as tué une famille pour te nourrir ? »

    Les personnes aux alentours se raidirent, les yeux braqué vers la silhouette encapuchonnée. C’était ce genre d’accusations injustifiées qui menaient des gens sur des bûchés pour des règlements de compte. Oui, le petit peuple était ignard et naïf, autant qu’il serve à quelque chose. Dans la région n’était pas vraiment xénophobe, beaucoup de peuples cohabitaient, mais on aimait pas trop les bêtes sauvages. Alala, Jadis voyait déjà une émeute paniquée se jeter sur la bleue. Quel gâchis, on ne pourrait tout de même pas les laisser faire… Quoique…


Revenir en haut
Aera Vali
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 17

MessagePosté le: Dim 20 Déc - 00:05 (2009)
Sujet du message: Le commencement d'une future fin
Répondre en citant

Alors que la foule le récompensait par de la petite monnaie, une silhouette encapuchonnée attirât son attention par sa donation fort généreuse et par le faite qu’elle s’approchait de lui. Elle s’arrêta en face de lui.
 
- Charmant spectacle. Elle marqua une légère pause. Comment faites-vous cela ?
 
Devant lui se dressait une femme à la peau bleutée, aux yeux sombre et aux cheveux recouverts de glace a leurs extrémités. Le bouffon l’observa un instant le visage pensif, avant de lui sourire.
 
- Et vous ? Comment faites-vous ?  Le regard plein de malice, il n’attendit pas la réponse. Grâce à vous, je serai nourri et loger pendant plusieurs jours. N’attendez pas de moi que je vous offre le pouvoir de me remplacer dans ce qui me permet de survivre, mais il est bien rare que les gens des alentours dépose une pièce d’or à mes pieds, alors je vous donnerai un indice. Je le fais comme l’oiseau fait pour voler.
 
Il recula d’un pas et voulu lui faire une illusion de plus, mais une femme le coupa.
 
- Joli teint. J’en serais presque jalouse si ce teint bleu ne t’exposait pas à ce genre d’avis de recherche…
 
Elle lança aux pieds de la jeune femme un parchemin sur lequel était dessiné un portrait et écrit une description, ainsi qu’une coquette somme.
 
- C’est vrai que t’as tué une famille pour te nourrir ?
 
Sur son visage était affiché un sourire de prédateur et les gens des alentours se raidirent, les yeux braqué sur l’être bleuté. Aera s’avança et ramassa le parchemin, puis le lu a haute voix d’une manière théâtrale.
 
- La personne que l’on recherche est reconnaissable par sa peau exotique et … Quelle malchance ! Il fit une expression d’étonnement exagérée et poursuivi. L’eau qui a imbibé le parchemin a fait couler l’encre et rendu tout le reste illisible ! D’un geste, fait avec emphase, il jeta le parchemin dans une flaque d’eau et sauta dessus à pieds joints, comme un enfant capricieux.
 
Les gens qui observaient la scène n’osèrent pas bouger devant ce spectacle étrange. D’autres devaient penser que c’était là une autre mise en scène du bouffon, car ils s’éloignèrent.
 
- Quel chance, dit-il d’un ton amusé, que m’auraient-ils fait, s’ils apprenaient que je suis cette personne ! Il mit une main devant sa bouche et fit mine de ne pas avoir fait exprès d’avoir pensé à voix haute. Les gens poussèrent des cris d’étonnement et certains s’avancèrent déjà pour le conduire aux autorités locales, mais il leva une main et s’expliqua. J’avoue... j’avoue mes amis, je n’en suis pas très fière, mais j’ai bien terrassé une famille entière de lapin pour en faire un ragoût et m’en nourrir. Il m’arrive parfois de manger comme un ogre ! Pour ce qui est de ma peau, il frotta sur sa main droite, je pense bien que c’est ce que vous voulez dire par exotique. Le noire tatoué s’embla s’effrité et laissa place à une couleur dorée. Ou bien c’est de celle la que vous parlez ma chère. Il recommença l’opération et cette fois une couleur verdâtre apparut. Ma foi je suis confus, je ne suis pas encore certain que cela soit ma véritable couleur ! Il frotta encore et du bleu apparut. Ah voila ! Il regarda la femme qui avait lancé l’accusation. Est-ce assez exotique à votre goût ?



Ses yeux se tournèrent vers l’accusée et il avança délicatement vers elle. D’un geste vif, il abaissa le capuchon de la dame et pris la même apparence qu’elle. Regardant la jeune femme dans les yeux, il lui dit avec un grand sourire.



- Nous voilà sœur jumelle !
 
La foule, devant se spectacle inintéressant, se dispersèrent sur la grande place.


Revenir en haut
Cronose
Lycans

Hors ligne

Inscrit le: 17 Déc 2009
Messages: 68

MessagePosté le: Ven 25 Déc - 03:25 (2009)
Sujet du message: Le commencement d'une future fin
Répondre en citant

-Mais enfin ! Vous croyez que je vous rémunère grassement par simple générosité ? Pressez donc le pas, je vais manquer la représentation !

Le cocher acquiesça et se retint tout juste de râler. La voiture dans laquelle il menait son employeur était vraisemblablement vicier. Faucher de sa vie, le collègue qui l'épaulait depuis près de six longues années gisait à ses côtés pendant qu'il devait manœuvrer ses montures affolées. La moindre remise en cause de l'acte suffirait à susciter un châtiment similaire. Il savait que ce noble pouvait se montrer cruel mais de là à égorger de sang froid un innocent... Tout ça parce qu'il ne partageait pas la même opinion concernant la direction à prendre.... C'était du grotesque à l'état pur !


Mais bientôt, l'engrenage formant la complexe mécanique de l'existence du cocher fut bouleversée par la pénétration d'un rouage inconvenant à son fonctionnement. L'écoulement de son fluide vitale l'alerta de sa fin imminente alors que le voile de la mort ne lui laissa que pour dernière vision, l'atterrissage de son corps percutant le sol à trois fois la vitesse de course d'un mortel commun. Autant dire qu'il ne rata pas son expédition dans le terrier, les mammifères rongeurs s'impatientait déjà de lui rompre la nuque.

-On ne peut compter sur personne, c'est indéniable ! » cracha l'employer.
N'ayant plus de personnel assigné, il prit le contrôle des rennes et gagna la ville. Traversant la place du marché, il faillit renverser un étalage sur son passage mais d'une vive lutte menée entre homme et destrier, il pressa la longe et la ramena en retrait pour forcer l'arrêt.

-Ce fut contraignant, je dois l'admettre. Certes, j''essayerai de me contrôler la prochaine fois. En attendant, je n'ai plus qu'à retrouver ce foutu clown!

Les armoiries en argent gravées sur la couture de son poitrail était subrepticement dissimulées par une couche supplémentaire de textile. De plus, ce par-dessus pouvait être confondu avec une cape dût à son obscurité permettant de noyer les manches s'y trouvant. Complétant cette supercherie: un col de fourrure, une canne de bourg ornée de platine, des bagues recouvrants ses manicles et le tour était joué. Il pouvait enfin abuser de ses richesses pour les démontrer avec arrogance au peuple de ces lieux qui n'avaient pas encore eu l'infime chance de le rencontrer.
Bien que pour ce cas singulier, il ne cherchait pas à mettre en déroute l'économie de cette contrée. Tant qu'on le pensait mort, il pourrait prendre quelques vacances. Il consacrerait le début de celles-ci en entamant la recherche d'un subordonné. Le rapport avec l'endroit étant le suivant: Des artistes jouiraient de leur représentation à ce jour et parmi eux, il espérait bien croiser son plus fidèle suivant.


Un spectacle de marionnette pour le moins funeste aimantait un auditoire croissant. Malheureusement, il fut de courte durée mais distrayant. De là où se trouvait le noble arrivant, il ne pouvait distinguer les traits du narrateur de l'histoire mais le style de pièce ne lui était pas méconnu. Il se faufila dans la foule ou plus précisément, écarta les citadins de sa canne pour ne pas les bénéficier d'une poussée du bras les rendant égaux à son rang. Il put atteindre, après quelques réflexions, les premières rangées formant la lisière de la foule et apercevoir l'échange particulier de deux êtres étranges.

* L'un est indéniablement un vampire. L'autre, je l'ignore...*

Alors que la tension montait tout autour de lui, l'acteur quitta la scène et déclara un numéro pour rendre l'accusation aussi futile qu'un fétu.
Son humour décrocha un sourire au noble qui sût que la décision de venir en ces lieux n'étaient pas des plus dérisoires, mais que du contraire, des plus enrichissantes sachant qu'il n'avait pas perdu le moindre temps pour le trouver. Sa chance frappait encore, comme le jour de sa naissance...
Il préféra garder une distance respectable, à présent que la foule s'éparpillait.
L'intrigue l'obligea à observer l'échange des trois individus avant de s'interposer pour saluer son vieil ami...


Revenir en haut
Anna
Privé

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 34

MessagePosté le: Lun 28 Déc - 22:15 (2009)
Sujet du message: Le commencement d'une future fin
Répondre en citant

"- Et vous ? Comment faites-vous ? Grâce à vous, je serai nourri et loger pendant plusieurs jours. N’attendez pas de moi que je vous offre le pouvoir de me remplacer dans ce qui me permet de survivre, mais il est bien rare que les gens des alentours dépose une pièce d’or à mes pieds, alors je vous donnerai un indice. Je le fais comme l’oiseau fait pour voler."
La jeune fille ne pris pas la peine d'ajouter ne serait-ce que le moinde mot. Elle esquissa un simple sourire sous sa capuche, tout en tournant le dos au bouffon en guise de réponse. Cependant, la fuyarde n'avait que trop tarder en ces lieux, elle s'apprêtait à partir de cet vaste espace bien trop à découvert quand un évènement la coupa dans son élan.

« Jolie teint. » prononça une voix féminine. Cette phrase résonna en écho dans sa tête, elle s'arrêta net. La pensée d'avoir été retrouvée lui traversa l'esprit. La créature bleutée se retourna lentement, cherchant des yeux son interlocuteur. À peine avait-elle fait demi-tour que la même voix ajouta sèchement : " J’en serais presque jalouse si ce teint bleu ne t’exposait pas à ce genre d’avis de recherche.. » La fugitive préféra alors diriger son regard en direction de l'affiche jetée sur les pavés encore imbibés de la dernière averse.
Anna marqua une expression de stupeur, mais toujours dissimulée par sa capuche, rien ne laissait deviner ses réactions. Elle s'abaissa pour mieux discerner ce dont il était sujet.

Puis un autre tintement désagréable, émanant toujours de cet même être parvint à ses oreilles. « ..c’est vrai que t’as tué une famille pour te nourrir ? » Ayant pris conscience de l'accusation, elle se releva lentement, pour se retourner devant une femme à l'allure singulière. Anna devina immédiatement que cette dernière lui reprochait les faits.
D'un air assuré, cette femme la regardait. Ses yeux étaient d'un rouge sanguin, on pouvait discerner de longues canines dévoilées par une esquisse de sourire, et son regard était semblable à celui d'un chasseur débusquant une proie. La foule s'écarta, faisant place nette autour de la créature bleue, une crainte se faisait sentir. Bien entendu la provocatrice ne bougea pas d'un pouce, scrutant toujours Anna de ses yeux avides de chair fraîche. L'accusée resta de marbre, impassible face à cette femme, levant la tête d 'un air de défi, elle s'apprêtait à faire un pas quand un malheureux personnage l'interrompue.

Le bouffon allait encore faire des siennes, un autre tour ou un coup de théâtre, voyons voir où il pourrait en venir pensa Anna.
Il commença alors un petit récital dans le but de défendre Anna. C'est ainsi qu'il enchaîna la lecture du parchemin, d'un air théâtrale, typique du mauvais acteur. Puis il piétina le fin bout de papier, sautant dessus tel un bambin piquant une crise, et finalement le parchemin ayant amené cette courte discorde devint illisible. Le spectacle n'était pourtant pas terminé, le pantin continua son jeu. Anna trouva le temps long, son numéro semblait sympathique mais un peu ennuyeux.
Elle s'apprêtait à quitter les lieux, le plus discrètement possible en se mouvant comme une simple silhouette parmi la foule. Mais un évènement attira sa curiosité, le bouffon après un vif frottement sur son bras à l'aide de sa main fit apparaître une couleur doré, il recommença l'opération pour laisser voir une couleur bleuté ou encore du vert.
La jeune créature voulue s'approcher pour mieux voir le phénomène, mais le bouffon la prit de court en faisant quelques pas vers elle. Sa bouche exprima un sourire malicieux, mais en aussi peu de temps qu'il faut pour le dire, l'étrangère se retrouva découverte de son capuchon.
Le bouffon ne s'arrêta pourtant pas là, son visage prit aussitôt l'apparence de celui d'Anna.

Anna recula d'un pas hésitant, elle était déstabilisée. La foule s'écarta, commençant à trouver ce spectacle ridiculement ennuyeux. On pouvait alors distinguer des traits peu communs malgré la diversité que présentait la place. Sa peau émettait une lueur surnaturelle et arborait un bleu azur semblable à celui de l'océan. Ses grands yeux révélait la clarté d'une eau miroitante et sa bouche était d'une pâleur inquiétante.
Les extrémités de ses cheveux était ornés de fins cristaux de glace qui semblait méticuleusement sculptés un à un. Elle porta lentement ses mains à sa capuche pour la remettre subtilement sur son curieux visage.

"Joli spectacle l'ami, pourtant il me semble ne rien avoir demandé. Je salue cependant la performance... un don remarquable. Mais approche toi encore de moi ainsi, et tu en subiras les conséquences"

La créature bleue se tourna pour faire maintenant face à celle qui avait porté ces accusations. Elle se rapprocha de cette femme à l'allure vampirique, ses yeux croisèrent les siens.

"Quant à toi, j'ignore d'où peut provenir ce parchemin. Mais cela ne te concerne en aucun cas, reste en dehors de cette affaire, c'est un conseil si tu ne veux pas que quelques ennuis t'arrivent"

Puis elle fit demi-tour son regard se posa par la suite sur le pot du bouffon, la jeune femme lorgna sa pièce un instant d'un oeil cupide. Elle s'écarta cependant du groupe, se glissa parmi la foule peuplant l'immense place.
Son chemin croisa alors celui d'un noble à l'apparente richesse. Il semblait rempli d'arrogance, montrant à tous son opulente fortune à travers son accoutrement.
Un petit détroussage ne serait pas de trop aujoud'hui, se dit-elle tout en esquissant un sourire malicieux. S'apprêtant à saisir un objet de valeur, elle se ravisa vivement en le voyant se diriger vers le bouffon, qui quelques secondes plus tôt la défendait. Sa route s'arrêta devant l'étalage d'un marchand, une myriade de produit inconnu s'étendait devant elle. La jeune femme fit mine d'observer les produits à la saveur exotique, elle s'intéressait en réalité à la scène qui se passait entre le bouffon et ce noble.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:10 (2018)
Sujet du message: Le commencement d'une future fin

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Entrez dans la légende. Index du Forum -> Rakash -> La ville Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
GW Alliance theme by Daniel of Gaming Exe
Traduction par : phpBB-fr.com